Analyse

Le Mossad se déploie au Sahel via le Tchad

Il n'est pas surprenant que le Tchad, un pays africain à majorité musulmane, renoue les ponts avec Israël avec lequel il a rompu il y a des décennies de cela en solidarité avec les Palestiniens et le monde arabe confrontés à ses menées annexionnistes et expansionnistes. Le président tchadien Idriss Deby qui a opéré ce revirement n'est pas critiquable de ce point de vue car il assume sans complexe du moment que l'exemple lui en a été donné par les principaux Etats de ce monde arabe qui sont eux-mêmes en normalisation avancée de leurs relations avec l'Etat sioniste. 

Le Mossad se déploie au Sahel via le Tchad

Oran par : Kharroubi Habib

Il n’est pas surprenant que le Tchad, un pays africain à majorité musulmane, renoue les ponts avec Israël avec lequel il a rompu il y a des décennies de cela en solidarité avec les Palestiniens et le monde arabe confrontés à ses menées annexionnistes et expansionnistes. Le président tchadien Idriss Deby qui a opéré ce revirement n’est pas critiquable de ce point de vue car il assume sans complexe du moment que l’exemple lui en a été donné par les principaux Etats de ce monde arabe qui sont eux-mêmes en normalisation avancée de leurs relations avec l’Etat sioniste.

Des sources avancent même que le président tchadien a opéré le rapprochement de son pays avec Israël à la demande expresse de certains de ces Etats arabes. Pour des pays comme le Tchad qui sont confrontés à d’inextricables problèmes tant de l’ordre économique que sécuritaire et dont la stabilité est de ce fait extrêmement menacée, le rapprochement avec Israël est devenu un passage obligé pour espérer bénéficier de l’aide des puissances occidentales, l’Amérique en tête, qui conditionnent leur soutien par l’exigence pour eux d’en passer par là.

Ce n’est donc pas pour faire reproche à Idriss Deby d’avoir réconcilié son pays avec Israël que cet écrit est commis, mais pour constater que le retour de ce dernier au Tchad qui est un Etat au cœur du Sahel, une région qui a une importance géopolitique capitale pour l’Algérie, pose problème à cette dernière. C’est un euphémisme de dire que l’Algérie est dans la ligne de mire de l’Etat sioniste et que ce dernier ne ratera aucune opportunité qui lui permettrait de s’en prendre à sa stabilité. En reprenant pied au Tchad, il aura celle de disposer sous couvert d’une coopération militaro-sécuritaire avec ce pays d’une base opérationnelle rapprochée pour ourdir de souterraines menées contre elle. C’est dire que l’Algérie risque de voir grandir les menaces qui la visent à partir de cette région du Sahel.

C’est en ce sens que la normalisation des relations entre le Tchad et Israël pose problème à l’Algérie car il vaut confirmation pour elle de la stratégie d’encerclement dont elle est la cible de la part de l’entente israélo-arabo-américaine incluant de même certains Etats européens aux fins de la contraindre à se plier à leurs desseins géopolitiques au Moyen-Orient et dans la région nord et sahélienne de l’Afrique. Israël n’a pas que le Tchad dans sa ligne de mire en prévision de cet objectif, sa diplomatie s’est fixé l’ambition d’étendre l’influence israélienne à l’ensemble des pays de la CEDEAO. Ce que Benyamin Netanyahu a entrepris d’accomplir en sollicitant ni plus ni moins que les Etats membres de cet ensemble régional africain acceptent Israël en tant qu’Etat observateur et à terme en tant qu’Etat membre à part entière. En se rapprochant géographiquement de la sorte de l’Algérie, la menace représentée par Israël n’est plus une simple virtualité mais un péril concret et bien réel.

KH.H

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :