AlgérieLE BILLET DU JOURNews

Le Billet du Jour : Un Aïd qui a perdu de sa superbe  !!

Le Billet du Jour

Un Aïd qui a perdu de sa superbe  !!

Par : Fayçal Charif

L’Aïd loin de son pays, loin des siens. Il est triste, et triste encore quand on le perd, quand on perd en son sein les goûts, les sensations et les joies. A Paris, à Marseille, Bordeaux ou dans n’importe quelle autre ville du monde, on « fabrique » un Aïd sur mesure, on fait semblant d’être heureux. C’est triste une fête… loin de son pays, même quand le pays est dans le pire des marasmes. Un pays devenu virtuel. On est de l’autre côté de la rive. Il se passe tellement de choses, que les journées sont courtes, on n’apprécie rien. De l’autre côté de la rive, l’Aïd arrive timidement et repart silencieusement. On fait tout pour le retenir, on improvise pour lui des choses en espérant qu’il nous donne les sensations d’autrefois. Et comme on peut, on provoque des goûts en cachette, des saveurs à la sauvette, mais l’Aïd reste muet et terriblement discret. On improvise tout, même des « kâadat », dans l’espoir d’approcher cette fête. Ici, de l’autre côté de la rive, « au pays des merveilles », l’Aïd n’est pas une merveille, c’est plutôt une histoire triste et mélancolique. Si triste qu’une grande amertume nous ronge et nous fait rappeler les temps passés, les temps perdus. On cherche l’Aïd de chez nous, tout près de nos mères et de nos pères, tout près de la « familia » et de ceux qu’on aime. Au bout du fil, de l’autre côté de la rive, la voix est tranchante « Nous vous en faites pas, l’Aïd ici a perdu de sa superbe. Il n’est plus que l’ombre de lui même… ».
22 08 2018 

Montrer plus

Articles Liés

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :