LE BILLET DU JOURNews

Le Billet du jour : Que reste-t-il du Malhoun !!

Le Billet du jour
Que reste-t-il du Malhoun !!

Par Fayçal Charif

Il y a peu ou plus d’influence du Malhoun sur la société algérienne comme de par le passé. Interpréter correctement une qacida, c’est comprendre le contenu et le sens et les messages. C’est vivre les ressentis du poète et entrer pleinement dans le k’ssid corps et âme. Sans cela, on ne peut réciter, conter et chanter juste et on ne peut arriver a convaincre son public. Bien évidemment ce constat est le fruit d’une comparaison avec l’influence de par le passé sur les générations jeunes d’avant l’indépendance et des années 60, 70, 80. Aujourd’hui; quelques jeunes ici et là et quelques chouyoukh, et ils ne sont pas nombreux, entretiennent ce riche patrimoine qui a besoin d’être lu, revu et sauvegardé. Le Malhoun hier, et avec beaucoup de genres musicaux dont le Malouf, le Raï et le châabi, était un art et une éducation, une manière de s’exprimer et une manière d’être. Aujourd’hui, bien que cet art populaire est très suivi à travers le pays et surtout dans les grandes villes, force est de constaté qu’il est vidé de son sens. Tout simplement parce que son contenu n’est pas étudié, n’est pas enseigné, n’est pas pris au sérieux. Par le passé, le Malhoun était une école de la vie, et cette expérience devrait être dans les programmes de l’enseignement, cela retremperait les futures générations dans le bain, du beau spirituel et du bel amour.

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close