AlgérieCultureLE BILLET DU JOURNews

Le Billet du Jour : La vache du… Président !!

Le Billet du Jour
La vache du… Président !!

Par Fayçal Charif

Qui a bonne mémoire ? Qui se rappelle ? Qui peut remonter le temps ? Qui peut aller à une autre époque d’une autre Algérie, une autre forme d’état, presqu’un « autre peuple » ? Qui se remémore les mémorables répliques de l’inspecteur Tahar et son Apprenti ? Qui se souvient de nos deux grands comédiens, nos deux immenses artistes jamais égalés ? Le duo comique qui a enchanté les algériennes et les algériens des années durant, et jusqu’à nos jours pour certains d’entre-nous. Qui a en mémoire les fameuses « phrases » bien taillées et portant tout leur sens politique et social de l’Inspecteur Tahar ? Qui se rappelle des répliques de « l’Apprenti » en réponse aux « offenses » de l’inspecteur ? Sur les différent plateaux de cinéma l’inspecteur et son Apprenti avaient provoqué les choses de la société et de la politique. Tous les sujets sont abordés et critiqués sans retenue. De l’art, mais aussi de l’audace par deux géants du cinéma. Yahia Ben Mabrouk, (l’apprenti) m’avait accordé en 1987, il y a plus de 30 ans, une interview, non sans émotion. L’apprenti s’était retiré du monde artistique après avoir perdu à jamais son ami sur scène El hadj Abderrahmane (l’inspecteur Tahar). Il me raconta une de leurs péripéties sur scène. « On était les invités d’honneur à un grand Gala artistique et on devait passer en dernier avec un sketch assez critique. On avait négocié avec nous  pour être « artistes et responsables » disaient-ils. Nous avons répondu avec défiance et assurance « Nous le sommes ». Dans ce spectacle, l’inspecteur devait chanter « La vache du Président » avec un contenu qui en disait long. On eu vent avant le spectacle que le Président Houari Boumèdienne serait présent. En effet, le Président est arrivé et on a accouru vers nous pour nous demander de ne pas chanter « La vache du Président ». Hadj Abderrahmane a dit OK. Mais sur scène, il a osé la cahnter. Le Président Boumèdienne riait presque à haute voix et à la fin du spectacle, il a demandé à nous voir tous les deux. On est allés à sa rencontre avec une petite peur au ventre. Devant lui, il m’a  embrassé chaleureusement, puis a enlacé Hadj Abderrahmane en lui chuchotant : A qui appartient la vache »….
Je vous laisse méditer !!!

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :