CultureNewspolitique

Le Billet du Jour : Ahmed Mâtar…le poète rebelle !

Le Billet du Jour,

Ahmed Mâtar…le poète rebelle !

Par : Fayçal Charif

Je suis allé ouvrir le diwan du grand poète rebelle Ahmed Mâtar. Comme un besoin de se ressourcer, comme une envie de crier la colère silencieuse, comme pour dire « ça suffit ». Je lis d’abord un flash de sa vie de rebelle qui raconte que ce « poète irakien, né dans la banlieue de Bassorah en 1954, a commencé à écrire la poésie alors qu’il avait 14 ans à peine. Engagé et rebelle depuis sa jeune jeunesse, il connut la prison puis l’exil à deux reprises à cause de ses écrits. Une première fois au milieu des années 70 quand il fut contraint d’aller vivre et travailler au Koweït, puis en 1986 quand, expulsé avec son ami le caricaturiste palestinien Néji Al-ali, il alla s’installer en Grande Bretagne ». Je lis et je tombe sur l’un de ses terribles aveux : « Je n’écris pas de la poésie; c’est la poésie qui m’écrit. Je voudrais bien me taire pour mieux vivre. Mais ce que j’endure me fait parler ». Je lis et je tombe sur un beau poème (en arabe) qui m’interpelle à plus d’un titre. En voici la traduction :

Hier j’ai contacté l’espoir
“Est-il possible, lui dis-je,
que l’exquis parfum sorte
du hareng salé et de l’ail?”
– Oui, qu’il a dit.
– Est-il possible
que dans un foyer
trempé de pluie
le feu puisse s’allumer?
– Oui-da! qu’il a dit.
– Est-il possible
que de la coloquinte
on distille du miel?
-Assurément! qu’il a dit.
– Est-il possible
de mettre la terre
dans les anneaux de Saturne?
– Oui, qu’il a dit.
Oui-da! assurément!
car tout est probable!
– Alors, dis-je, un jour
nos potentats arabes
rougiront de honte ?.”
L’espoir me dit alors:
“si cela se produit
viens cracher à ma figure!”

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer