AlgérieNewspolitique

Le bâtiment sauve le RND

Le bâtiment sauve le RND

Par : Abdelkader DJEBBAR

Le FLN reste majoritaire côté APC et APW. Sauf qu’il a perdu quelque chose comme 400 assemblées communales. En face, le RND s’en tire à bon compte et talonne, du coup, l’ancien Parti unique. Ouyahia est donc le second grand vainqueur de ces élections locales marquées, il faut le reconnaître, par un fort taux d’abstention. Moins de 50% des électeurs se sont exprimés.

Pourquoi et comment le RND s’en tire à bon compte ? Les promesses électorales ont joué fort. Elles ont même joué énormément. Il y a d’abord l’histoire des factures impayées aux entrepreneurs du BTP avec tout ce que cela suppose comme nombre d’ouvriers des nombreux chantiers qui quadrillent le pays d’est à l’ouest et du nord au sud.

Ouyahia, le chef du RND, a crié haut et fort sur tous les toits que les entreprises du bâtiment allaient recevoir dans les plus brefs délais leurs dûs. La rime revenait lors de tous les rassemblements organisés lors de la campagne électorale. Ce n’était pas seulement une rime. C’était le grand refrain repris à tout bout champ pendant la période ayant précédé la journée des urnes.

C’était largement suffisant pour assurer une avance certaine aux candidats du RND sans compter le grand parcours du combattant pour semer les troupes et créer le trouble au sein du FLN qui, malgré tout, s’en sort vainqueur malgré le nombre des concernés et intéressés du côté des ouvriers sur les chantiers.

Le Rassemblement national démocratique (RND) s’engage à ce que ses candidats aux élections locales du 23 novembre pratiquent “continuellement” le dialogue avec la population au niveau de la commune, indique le parti dans son programme électoral publié sur son site internet.

Le RND s’engage également, selon la même source, à pratiquer une gouvernance démocratique “sincère” dans les responsabilités que confieront les électeurs à ses élus, lesquels seront appelés par avance à rechercher “le consensus entre les membres des Assemblées locales qu’ils auront à diriger.

Cela rappelle étrangement les pratiques d’il y a quelques décennies du FLN à l’époque où il régnait partout. Il n’y avait pas une seule élection sans que les sortants ne présentent le bilan de leurs actions durant leur mandat. Aujourd’hui, pour s’en sortir, toutes les occasions sont bonnes pour mettre en avant le président de la République. Une caution de taille. Même comportement dans les rangs du FLN bien qu’il ait perdu quelque 400 communes lors des élections de jeudi dernier.

A.D

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :