Analyse

L’axe Moscou-Ankara-Téhéran visé par l’attentat d’Ankara

L’axe Moscou-Ankara-Téhéran visé par l’attentat d’Ankara

Par : Kharroubi Habib

Réagissant à l’assassinat à Ankara de l’ambassadeur de son pays en Turquie, le chef de l’Etat russe Vladimir Poutine la qualifié de meurtre étant clairement «une provocation destinée à faire échouer la normalisation des relations entre la Russie et la Turquie et également à compromettre le processus de paix promu par la Turquie, la Russie, l’Iran et d’autres pays». Des éléments d’analyse permettent en effet de créditer de ce but l’assassinat du diplomate russe même si l’on ne peut a priori écarter la possibilité qu’il a été un acte inspiré à son auteur, un jeune Turc islamiste radicalisé, par la motivation de « venger » les victimes d’Alep dont il a incombé la mort à l’intervention militaire russe.

Il y a en effet que le criminel qui est peut-être un islamiste turc radicalisé se trouve être un policier ayant été parfaitement renseigné sur les déplacements de l’ambassadeur russe et que son passage à l’acte a eu lieu la veille de la réunion à Moscou à laquelle prendront part les présidents russe, turc et iranien, trois acteurs clefs et déterminants dans le conflit syrien. Une réunion que les politologues présagent comme pouvant déboucher sur la naissance d’un axe Moscou-Ankara-Téhéran dont beaucoup de parties prenantes du conflit syrien redoutent que ses initiatives pourraient rebattre les cartes à leur détriment tant en Syrie que dans l’ensemble de la région du Moyen-Orient.

Bien entendu que les groupes djihado-terroristes se sentent menacés par l’éventualité du rapprochement de ces trois acteurs clefs. D’où l’hypothèse à ne pas écarter que l’assassinat d’Andreï Karlov aurait été commandité par l’un d’entre eux ayant compté parmi ses adeptes le jeune islamiste radicalisé turc. Mais les groupes djihado-terroristes ne sont pas seuls à craindre le renversement du rapport de force dans la région que permet d’entrevoir le renforcement de la coopération entre la Turquie et la Russie et celle que ces deux pays esquissent avec l’Iran.

Des puissances, régionales ou autres, impliquées dans le conflit syrien ne s’accommoderaient pas elles aussi de ce renversement du rapport de force et n’ont aucun scrupule «moral» à recourir à des actes tels que l’assassinat qui sèmeraient la méfiance entre les acteurs politiques qui tentent de donner corps à un axe Moscou-Ankara-Téhéran. Ils n’ont pas de peine à trouver en Turquie même des «volontaires» pour concrétiser tout dessein susceptible de faire capoter la dynamique à l’œuvre entre les trois capitales. Recep Tayipp Erdogan a beaucoup d’ennemis à l’intérieur dans son pays qui sont prêts à s’engager dans toute aventure qui pourrait l’affaiblir, le discréditer et ouvrir ainsi la voie à sa chute qui est l’unique objectif de leur engagement.
 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :