AlgérieNews

L’APN au travail

L’APN au travail

Synthèse  pas : M. AZZEDE

C’est parti pour la huitième législature. C’était hier au sein de l’hémicycle Zighout Youcef. L’Assemblée Populaire Nationale (APN), issue des législatives du 4 mai, a été installée. Concrètement et pratiquement, tous les élus étaient présents. Il faut juste souhaiter qu’ils le soient aussi régulièrement au cours de leur mandat.

Les travaux de la séance d’ouverture ont été présidés par le doyen des députés, Said Bouhadja, assisté des deux plus jeunes élus, en l’occurrence Touhami Habibi et Ayoub Cheraitiya. Bouhadja, qui devrait être élu président de l’APN – ayant l’appui de la majorité parlementaire composée du FLN et du RND – donne le ton : « L’objectif commun est d’être au service du peuple et défendre ses intérêts en coordination et collaboration avec le gouvernement et toutes les Institutions ».

À l’intérieur les différents étages, un ballet incessant des représentants du peuple. Sur place, il y avait, en effet, des membres de l’APN connus sur la scène publique nationale puisqu’ayant été réélus pour un nouveau mandat, tandis que d’autres, tout nouveau, demandaient des précisions sur le lieu où ils devaient se rendre pour remettre leurs dossiers.

En prévision de cette première séance plénière, les préparatifs pour le jour « J » battent leur plein au sein de l’APN. Déjà, la veille, le bureau provisoire chargé de l’organisation de la première séance de la chambre basse du Parlement s’était réuni sous la présidence du doyen des députés, M. Saïd Bouhedja, avec les coordonnateurs des listes ayant obtenu 10 sièges au minimum aux législatives. Les membres de la commission de validation de qualité de membre de l’APN ont été désignés, lors de cette rencontre.

Les 462 députés, dont 121 femmes, qui siégeront au sein de l’Assemblée, représentent pas moins de 35 partis politiques ou ont été élus en tant qu’indépendants. Selon les résultats définitifs récemment proclamés par le Conseil constitutionnel, c’est le parti du Front de libération nationale (FLN) qui a gagné le plus grand nombre de sièges, soit un total de 161.

Le Rassemblement national démocratique (RND) dispose également pour sa part de pas moins de 100 sièges. Ces deux formations politiques, qui soutiennent le programme et les réformes du Président de la République, totalisent 261 députés, soit, la majorité absolue. Dans une récente déclaration, le secrétaire général du parti du FLN, M. Djamel Ould Abbès, a souligné que l’alliance avec le RND est « toujours de mise ».

Cependant, d’autres partis politiques pourraient également rejoindre l’alliance FLN-RND, à l’instar de Tadjamoue Amel El Djazair (TAJ, 20 sièges), le Mouvement populaire algérien (MPA, 13 sièges) ou l’Alliance nationale républicaine (ANR, 6 sièges). L’alliance du courant islamiste constituée du Mouvement de la société de la paix et du Front du changement (MSP-FC) a remporté 34 sièges. Le Conseil consultatif national (Majliss Echoura) du MSP a décidé vendredi de ne pas participer au prochain gouvernement. L’Union Ennahda-Adala-Bina a obtenu 15 sièges, le Front El Moustakbal et le Front des Forces socialistes (FFS) 14 sièges chacun, le Parti des travailleurs (PT, 11 sièges) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, 9 sièges).

A.M

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :