AlgérieNews

L’APN adopte le Plan d’action

L’APN adopte le Plan d’action

Par : Abdelkader DJEBBAR

Il aura fallu finalement presque cinq jours de débats pour que l’Assemblée nationale finisse par adopter le Plan d’action du gouvernement Ouyahia. Et tout a presque baigné dans l’huile. Le Président de l’APN Said Bouhadja a précisé que 341 députés ont voté oui, 64 députés ont voté non et 13 se sont abstenus.

Tout est presque bien qui finit dans l’ordre. Pas de surprise. La majorité est satisfaite de son travail. Et le Premier Ministre a trouvé réponses à toutes les question des députés.

Mais en dehors de l’hémicycle de l’Assemblee Nationale, tout un chacun se pose la même question en termes différents, pour un amer constat : l’Algérie semble au bord de l’abime. Où étaient les gouvernants pour prévoir un tant soit peu la crise et la catastrophe qui risquent de nous mener dans une chute vertigineuse ? Et déceler les moyens pour l’endiguer ?

Et aux spécialistes en finances de ne lésiner ni sur les mots ni les maux. Ce jeudi, Ouyahia a été fort, trop fort pour minimiser les conséquences de la crise sur le quotidien des citoyens.

Le Premier Ministre avec doigté a vite fait de boucler la question de l’informel en soulignant « « Jusqu’en juillet dernier, la masse monétaire totale était de 14.500 milliards de dinars. L’argent de l’informel représente au mieux 1700 milliards de dinars, soit un peu moins de 17 milliards de dollars. C’est insuffisant pour régler nos problèmes ».

Le Premier Ministre a annoncé que les réserves de change de l’Algérie se sont établies à 103 milliards de dollars à la fin du mois d’août 2017. En septembre, elles vont baisser « encore un peu » pour s’établir à environ 102 milliards de dollars, a-t-il ajouté.

Et à propos de la planche à billets pour sauver le pays tel que stipuler par le Premier Ministre, un financier cite une image alarmante : « la planche à billets préconisée par le Premier Ministre ressemble étrangement à la planche du boulanger sans pâte à enfourner ».

Et pour boucler la boucle, le Premier Ministre a évoqué la piste d’une nouvelle taxe sur les voyages. La société Algérienne est une « société de consommation ».

Les Algériens sont également des voyageurs, a-t-il dit, évoquant une taxe pour les voyages dont il n’a pas précisé le montant. Mais cette taxe n’est pas prévue dans la Loi de finances 2018, a-t-il promis.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :