AFRIQUEAlgérieEtats-UnisNews

Lamamra appelle à New York à surmonter le défi de la paix en Afrique

NEW YORK- Le Haut-Représentant de l’Union Africaine chargé de l’initiative "Faire taire les armes en Afrique ", Ramtane Lamamra, a appelé mercredi à New York à surmonter le défi de la paix en Afrique, soulignant "le besoin urgent" d'instaurer une culture solide de prévention des conflits.

Lamamra appelle à New York à surmonter le défi de la paix en Afrique

NEW YORK- Le Haut-Représentant de l’Union Africaine chargé de l’initiative « Faire taire les armes en Afrique « , Ramtane Lamamra, a appelé mercredi à New York à surmonter le défi de la paix en Afrique, soulignant « le besoin urgent » d’instaurer une culture solide de prévention des conflits.

 S’exprimant lors d’un débat public au Conseil de Sécurité sur le thème : « Faire taire les armes en Afrique : coopération entre l’Organisation des Nations Unies et les organisations régionales », M. Lamamra a indiqué qu’à l’approche de l’échéance fixée à 2020 pour faire taire les armes, il reste encore des défis à surmonter pour placer le continent dans une meilleure posture lui permettant de profiter des dividendes de la paix.

L’ancien chef de la diplomatie Algérienne a constaté qu’en dépit de la diminution du nombre de conflits dans le continent, un certain nombre de pays demeurent englués dans des conflits violents dus notamment à la criminalité transnationale, au terrorisme et à la prolifération des armes.

« Ces défis font bien ressortir le besoin urgent d’instaurer une culture solide de prévention des conflits, et en particulier une prévention structurelle, allant au-delà de la tendance actuelle de la militarisation de la résolution des conflits, aussi nécessaire que cela puisse paraître dans certaines crises « , a plaidé M. Lamamra lors de ce débat organisé à l’invitation de la Guinée Equatoriale qui assure la présidence tournante du Conseil de sécurité pour le mois de février.

L’effet de ces défis, a-t-il poursuivi, a été exacerbé par l’existence de zones non gouvernées laissant place à des activités illégales, à la persistance de la corruption et des flux financiers illicites et facilitant également l’acquisition des armes et l’exploitation illégale des ressources naturelles.

Les questions de gouvernance et de leadership restent également une source majeure d’instabilité et de conflit en Afrique. De nombreuses expériences ont montré le rôle critique des institutions nationales de gouvernance et des pratiques démocratiques dans la prévention des conflits, a-t-il dit.

Le Haut représentant de l’UA s’est aussi dit convaincu que la paix ne peut être réalisée sans développement et réciproquement, que la paix et le développement ne peuvent aller de pair sans les droits de l’homme et la bonne gouvernance.

En parallèle, il a jugé important que le Conseil de sécurité réponde positivement aux appels de longue date de l’UA concernant l’accès aux contributions obligatoires de l’ONU pour financer des opérations de paix en Afrique.

M.Lamamra qui vient d’être nommé Ministre d’Etat et Conseiller diplomatique du Président de la République, a transmis  » les salutations et la grande reconnaissance  » du Président, Abdelaziz Bouteflika, aux efforts des membres du Conseil de sécurité pour promouvoir les objectifs et les principes de la Charte des Nations Unies dans les relations internationales contemporaines.

Le Président Bouteflika  » vous assure du soutien de l’Algérie au projet ambitieux et emblématique de faire taire les armes en Afrique d’ici à 2020″ , a-t-il ajouté.

Au début de ce débat public, le Conseil de Sécurité a adopté à l’unanimité une résolution dans laquelle il a salué la détermination de l’Union Africaine à mettre fin aux conflits dans le continent et à faire taire les armes d’ici à 2020.

La résolution invite l’ONU et l’UA à renforcer leurs efforts pour « coordonner leur action de façon complémentaire  » en vue du règlement, de la prévention des conflits et du relèvement post-conflit.

 » Un vent d’espoir souffle aujourd’hui en Afrique « , a déclaré la Secrétaire Générale adjointe des Nations Unies aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Rosemary DiCarlo, lors de ce débat qui a une cinquantaine d’orateurs afficher leur optimisme sur l’avenir du continent.

Aps

 

 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :