AlgérieEconomieNews

L’Algérie se relance en e-paiement

Au moment où le monde entier ne sait plus où donner de la tête avec les cartes bancaires de toutes sortes, le Groupement d'intérêt économique de la monétique (GIE Monétique) envisage de lancer prochainement une carte de paiement "sans contact", comprenant de nouvelles fonctionnalités et surtout mieux sécurisée, l'administrateur de cet organe de régulation. Mais, à quoi sert tout ce tintamarre si les gauchers automatiques sont programmés pour ouvrir et fermer selon l’horaire des agences et succursales ?

L’Algérie se relance en e-paiement

Alger par : Noureddine RAMZI 

Au moment où le monde entier ne sait plus où donner de la tête avec les cartes bancaires de toutes sortes, le Groupement d’intérêt économique de la monétique (GIE Monétique) envisage de lancer prochainement une carte de paiement « sans contact », comprenant de nouvelles fonctionnalités et surtout mieux sécurisée, l’administrateur de cet organe de régulation. Mais, à quoi sert tout ce tintamarre si les gauchers automatiques sont programmés pour ouvrir et fermer selon l’horaire des agences et succursales ?

« Nous avions choisi en 2018 un fournisseur international pour introduire la technologie de la carte ‘sans contact’, dans le cadre d’une solution globale visant à moderniser davantage les cartes utilisées en Algérie. Nous comptons lancer ce produit au cours des prochains mois », a expliqué Madjid Messaoudene.

Selon lui, les cartes « CIB » et « Edahabia » seront remplacées progressivement par ces nouvelles cartes qui, a-t-il dit, sont « plus avancées technologiquement et renforcée en matière de sécurité ».

Messaoudene a estimé, par ailleurs, que le retard accusé par l’Algérie en matière d’e-paiement était « rattrapable », à condition d’accélérer le rythme de la bancarisation des fonds et l’intégration de l’économie informel.

« Si l’opérateur accepte de réaliser ses transactions par carte, cela veut dire que tout sera déclaré. Les commerçants vont avoir tout leur chiffre d’affaires sur le compte bancaire, certains y adhèrent avec enthousiasme, d’autres refusent, il faut donc les convaincre et les expliquer que le meilleur moyen pour une activité commerciale durable c’est d’être dans le formel », a-t-il expliqué.

En outre, les agences bancaires doivent doubler d’effort pour généraliser l’e-paiement, souligne M. Messaoudene.

À ce titre, il précisé que sur les deux millions de cartes CIB existantes, 40.000 mots de passe dédiés à l’e-paiement ont été distribués aux clients, alors que la totalité des mots de passe a été généré et elle est au niveau central ou des agences bancaires, selon le responsable.

« Il reste beaucoup de choses à faire au niveau des agences bancaire. Cela nous a poussé à créer des canaux de communication directe à travers notre site web : Bitakati.com et les numéros verts 3020/3021, qui permettent de demander la carte CIB, le mot de passe et de transmettre une réclamation », a-t-il noté.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :