AlgérieNewspolitique

L’Algérie retient son souffle

Rien ne va plus en Algérie. Les jours passent et les situations s’aggravent en prenant de plus grandes dimensions. Parallèlement aux marches pacifiques généralisées à travers l’ensemble du territoire national, un nouveau cran vient de s’ajouter au palmarès des marcheurs. Une grève générale vient d’être entamée dans l’écrasante majorité des secteurs d’activité. Elle a commencé dimanche. Elle se poursuivra pendant plusieurs jours. Les commerces sont largement touchés. Les transports sont paralysés. De très nombreux services municipaux sont bouclés.

L’Algérie retient son souffle

Alger par : Noureddine RAMZI

Rien ne va plus en Algérie. Les jours passent et les situations s’aggravent en prenant de plus grandes dimensions. Parallèlement aux marches pacifiques généralisées à travers l’ensemble du territoire national, un nouveau cran vient de s’ajouter au palmarès des marcheurs. Une grève générale vient d’être entamée dans l’écrasante majorité des secteurs d’activité. Elle a commencé dimanche. Elle se poursuivra pendant plusieurs jours. Les commerces sont largement touchés. Les transports sont paralysés. De très nombreux services municipaux sont bouclés.

Le recours à la désobéissance civile ou à la grève générale “est prématuré” et “ne sert pas les intérêts des Algériens”, a estimé Me. Mustapha Bouchachi, avocat et défenseur des droits de l’Homme, dans une déclaration au HuffPost Algérie.

Tout cela s’ajoute à une situation bouillonnante dans les universités du territoire national. Et donc tout laisse croire que c’est parti pour une nouvelle période de contestation populaire pour dénoncer la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat Présidentiel. Et en parlant de Bouteflika, un peu partout on annonçait dimanche son retour en Algérie après un séjour de plus de deux semaines à l’hôpital de Genève, en Suisse.

Pendant ce temps et en signe de rejet du renouvellement du mandat de Bouteflika, les démissions dans pas mal d’appareils politiques se succèdent en rafales. Il y en a eu au sein du FLN.

L’APN n’y a pas échappé et cela se durcit de plus en plus « tant et aussi longtemps que l’on parle de cinquième mandat », souligne-t-on dans de multiples sphères. Et arrive le moment pour le ministre de l’Enseignement supérieur d’ordonner la fermeture des universités pour mieux disperser les étudiants, prétextant les vacances du printemps dès le 10 mars pour plusieurs semaines. Des sorties de crise sont aussi recherchées pour éviter le pire.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :