AFRIQUEAlgérieNews

L’Algérie en plein dans la ZLECAF

L'Algérie vient d’annoncer depuis Niamey (Niger) sa décision de procéder à la ratification de l'accord relatif à la Zone de libre-échange continentale Africaine (ZLECAF) et que l'instrument y afférent sera déposé prochainement auprès du Président de la Commission de l'Union Africaine (UA).

L’Algérie en plein dans la ZLECAF

Alger par : Noureddine RAMZI

L’Algérie vient d’annoncer depuis Niamey (Niger) sa décision de procéder à la ratification de l’accord relatif à la Zone de libre-échange continentale Africaine (ZLECAF) et que l’instrument y afférent sera déposé prochainement auprès du Président de la Commission de l’Union Africaine (UA).

La ZLECAF est entrée en vigueur le 30 mai dernier dans l’objectif de constituer un marché unique pour les biens et services au niveau du continent, basé sur la libre-circulation des activités et des investissements.

Intervenant lors des travaux du 12ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, le Premier Ministre a précisé que cet acte « témoigne, une nouvelle fois, de l’engagement constant et indéfectible de l’Algérie au profit de l’Afrique et de la réalisation de ses grands chantiers ».

Le Premier Ministre a relevé que l’Algérie « poursuivra son engagement, comme par le passé, et avec la même énergie, dans les négociations en cours et à venir, en faveur du parachèvement de l’ensemble de l’édifice institutionnel Africain et de l’approfondissement de l’intégration Africaine, avec le même esprit de solidarité et de défense des intérêts de l’Afrique ».

La ZLECAF, a-t-il poursuivi, « ne manquera pas d’impulser le développement du commerce y compris intra-Africain et de promouvoir la croissance économique et le développement durable en tant que vecteur nécessaire dans l’évolution du monde d’aujourd’hui ».

« Il nous revient, de nous atteler, à combattre les inégalités de développement qui subsistent, malheureusement encore, en Afrique et à placer un tel objectif noble au cœur de nos préoccupations, car il y va de l’avenir de la stabilité de nos sociétés et de leur cohésion », a-t-il dit.

M. Bedoui a indiqué que sur un plan d’ensemble, « il nous appartiendra d’œuvrer solidairement pour la libéralisation du commerce en Afrique, ne soit pas un facteur de destruction de l’industrie naissante dans le continent, en particulier dans le secteur agricole et manufacturier, mais à l’inverse un instrument puissant d’accompagnement des pouvoirs publics dans leurs efforts de promotion et de densification du tissu industriel ».

« L’attachement de nos pays à ces principes permettra d’abord la promotion du label +Made in Africa+ à l’intérieur du continent, ensuite la conquête d’autre régions du monde, une fois remplies les conditions minimales de compétitivité permettant de s’inscrire dans la chaine internationale de valeurs « a-t-il soutenu.

N.R

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :