L’Algérie demeure un “modèle” en matière de lutte contre le colonialisme (Mugabé)

L’Algérie demeure un “modèle” en matière de lutte contre le colonialisme (Mugabé)

ADDIS-ABEBA-Le chef de l’Etat zimbabwéen, Robert Mugabé, président sortant de l’Union africaine(UA), a indiqué samedi à Addis-Abeba, que l’Algérie qui a combattu le colonialisme français pour recouvrer son  indépendance, demeurait un “modèle” en matière de lutte contre le colonialisme.

“L’Algérie a été et restera toujours ce pays qui a combattu le colonialisme, lutté et mené un long combat pour son indépendance, reste un modèle en la matière et doit être un exemple pour tous les Africains”, a souligné M. Mugabé à l’ouverture des travaux du 26ème sommet de l’UA en présence d’une cinquantaine de chefs d’Etat et de Gouvernement, dont le Premier ministre Abdelmalek Sellal, représentant le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Le président en exercice de l’UA a dénoncé, par la même occasion, les inégalités et les injustices dans le monde, appelant à un système des Nations Unies “plus juste” au sein duquel l’Afrique disposerait de deux sièges permanents au Conseil de sécurité de l’ONU avec droit de véto.

“La voix de l’Afrique doit être respectée et entendue”, a-t-il insisté.

De son côté, la présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini Zuma, a appelé le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, présent lors de cette cérémonie d’ouverture, à agir pour la résolution du conflit du Sahara occidental à travers un référendum d’autodétermination, en vue d’épargner la région d’une déstabilisation dont “les conséquences pourraient être désastreuses”.

La présidente de la Commission de l’UA a, d’autre part, plaidé en faveur d’un rôle “central” de la jeunesse africaine dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063 pour le développement du continent.

Elle a également estimé que l’avenir de l’Afrique dépendrait de la concrétisation de ce large programme, appelant au renforcement et à la consolidation des droits de l’homme, des libertés et de la démocratie en Afrique.

Mme Zuma a, par la même occasion, réaffirmé l’engagement de l’UA pour l’application des décisions qui ont été prises sur les changements climatiques, même si, a-t-elle précisé, l’Afrique “n’est pas un continent polluant”.

Aps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *