AlgérieEconomieNews

La voiture « Algérienne » boycottée

La voiture « Algérienne » boycottée

Par : Abdelkader DJEBBAR

La voiture montée en Algérie ne fait plus l’unanimité en raison de son « prix fort élevé et plus cher que celui de la voiture importée ». C’est ce qui explique et la campagne de boycott et la colère des Algériens » qui se considèrent lésés. La campagne bat d’ailleurs son plein à longueur de journée sur les réseaux sociaux sous le slogan «  Khalifa tassda » littéralement : laissez la rouille la grignoter. Cette dernière a eu le soutien des députés à l’Assemblée Nationale. Les élues la justifient par l’incapacité de l’État à soumettre les marchés à un contrôle efficient.

La campagne qui dure déjà depuis quelque temps a franchi les portes de l’hémicycle pour s’imposer lors des débats autour de la nouvelle loi sur la protection des droits des consommateurs. Les députés ayant soulevé la question ont mis en exergue le fait que tous les marchés à travers le pays et notamment celui de l’automobile se caractérisent par l’anarchie et l’absence de contrôle.

La publication par le Gouvernement des prix de sortie d’usine des véhicules montés en Algérie, a créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux. En effet, plusieurs pages sur Facebook, mènent depuis quelques jours une campagne appelant au boycott des véhicules «Made in Algeria», qualifiés d’«arnaques».

Selon le site qui a relayé l’information, les prix des véhicules assemblés en Algérie, jugés trop chers, par rapport aux prix voitures dans d’autres pays, sont en effet, la raison qui a poussé ces pages à appeler au boycott des véhicules «Made in Bladi».

À titre d’exemple, le prix de la Logan Russe est d’un peu plus de 308 000 roubles, soit 610 000 DA (61 millions de centimes, et son prix de vente est estimé à 359 530 roubles soit 710 000 DA (71 millions de centimes).

Par contre, la Renault Symbol Algérienne moteur essence et diesel, dont le prix de sortie d’usine est fixé, respectivement à 1.14 Million DA (114 millions de centimes) et 1.37 million DA (137 millions de centimes) pour les deux catégories essence, et 1.60 million DA (160 millions centimes) pour la catégorie diesel.

Mais avant d’arriver à ce boycott, bien des Algériens ont fait les frais du comportement de certains revendeurs, particulièrement d’un revendeur de véhicules de marque «Renault», domicilié à Guelma qui a  arnaqué pas moins de 114 acheteurs en leur promettant une inscription rapide dans le registre de livraison de l’usine de Tlélat, près d’Oran, contre le payement intégral des valeurs des véhicules. Après une attente qui a duré plusieurs mois, et ne voyant rien venir, certains de ces acheteurs, ayant donc payé cash leurs voitures, ont décidé de déposer des plaintes. C’est à partir de là que la police a diligentée une enquête. Le principal mis en cause, le gérant de cette concession automobile, a bien évidemment été arrêté. Maintenant il reste à savoir si ces citoyens arnaqués pourront récupérer leur argent.

A.D

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :