MaghrebMédiasNews

La section Mauritanienne de l’UPF mobilise la presse nationale pour la lutte contre le cancer

La section Mauritanienne de l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF/Mauritanie) a organisé ce vendredi 15 février à l’Hôtel Nouakchott une journée nationale de mobilisation contre le cancer à l’intention des journalistes de la presse écrite et audiovisuelle.

La section Mauritanienne de l’UPF mobilise la presse nationale pour la lutte contre le cancer

Nouakchott : Par Bakari Guèye  

La section Mauritanienne de l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF/Mauritanie) a organisé ce vendredi 15 février à l’Hôtel Nouakchott une journée nationale de mobilisation contre le cancer à l’intention des journalistes de la presse écrite et audiovisuelle.

Cette journée a été organisée en collaboration avec le Ministère de la culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement et avec le concours du Centre National d’Oncologie (CNO).

Dans son mot d’ouverture, Mr Mohamed Ould Khayar, chargé de communication au Ministère de la culture a salué la nouvelle orientation de la presse qui s’implique de plus en plus dans des domaines intéressant au plus près la vie des citoyens.

Mr Khayar s’est par ailleurs félicité du rôle grandissant accordé à la presse par le gouvernement Mauritanien.

Lui succédant, Mme Mariya Ladji Traoré, Présidente de la section UPF/Mauritanie s’est félicité de la percée de son organisation et de sa présence effective sur le champ médiatique. Pour Mme Traoré : « La section Mauritanienne de l’UPF est heureuse de pouvoir célébrer cette journée mondiale de lutte contre le cancer, à l’instar des autres organisations internationales », ajoutant que : « C’est l’occasion pour notre jeune section de s’ouvrir et d’élargir son partenariat avec l’ensemble des syndicats et associations de journalistes du pays. »

S’agissant du thème la Présidente de la section UPF/Mauritanie a souligné : « Le choix de notre thème :le dépistage précoce et l’activité physique, de bonnes pratiques dans la lutte contre le cancer, est un thème choisi pour impliquer les journalistes à l’action de sensibilisation pour le dépistage précoce, est nécessaire pour pouvoir prendre à temps le traitement de cette maladie ; » et de poursuivre : « Aujourd’hui, nous avons avec nous des médecins qui pourront vous édifier sur les signes qui doivent alarmer, afin que vous puissiez chers collègues reconnaître les signes qui doivent sonner l’alarme. »

Auparavant Mme Traoré a remercié le ministère de la culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement pour son appui décisif pour l’organisation de cette manifestation.

Les participants à cette journée ont eu par la suite droit à une communication sur la maladie du cancer et son traitement en Mauritanie. Cette communication a été présentée par le Dr Mohamed Salem Ahmedou, DRH au Centre National d’Oncologie.

Ce centre de référence créé en 2009, prodigue des soins, prend en compte toutes les pathologies (sein, voie buccale, etc.) et accompagne les malades dans leur chemin vers la guérison.

L’OCO est doté d’un plateau technique complet (Radiothérapie, Chimiothérapie et médecine nucléaire).

Par ailleurs, ce centre joue un rôle important dans la sensibilisation et coordonne l’action des centres de dépistage décentralisés qui sont situés à l’intérieur du pays.

Le Dr Mohamed Salem a insisté sur l’importance de la prévention. Il a invité par conséquent les journalistes à participer à la sensibilisation qui, à ses yeux, est la meilleure chose pour lutter contre le cancer.

Autre communication importante, celle présenté par Mr Mohamed Abdallahi Bezeid, Secrétaire Général de la Section UPF/Mauritanie.

Ladite communication a trait au mode de traitement par les médias des informations sensibles. Mr Mohamed Abdallahi Bezeid a énuméré d’emblée une panoplie de sujets qui pourraient faire l’objet d’un traitement journalistique dans le cadre de la sensibilisation sur la maladie du cancer. Entres autres l’importance du dépistage précoce, les possibilités de guérir, les bénéfices de l’activité physique, le mode de vie à risque potentiel (tabac, alcool, drogue, etc.), le traitement hormonal, la pollution, etc.

Un sujet est considéré comme sensible s’il est tabou, s’il subsiste des craintes qu’il suscite de l’émotion. C’est la définition donnée par le psychologue américain, spécialiste de la suicidologie.

Le Secrétaire Général de la section U¨PF/Mauritanie a conclu sa communication en affirmant que : « L’objectivité, la neutralité et le professionnalisme sont les armes du journaliste face à un sujet sensible. »

B.G

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :