La réduction des échanges avec la Chine coûtera cher aux Pays-Bas

L’appel à rendre les Pays-Bas et l’UE moins dépendants de la Chine se fait de plus en plus entendre. L’argument est que le pays gagnerait trop de pouvoir et qu’il y aurait des risques pour la sécurité. Le Bureau néerlandais d’analyse de la politique économique (CPB) et l’office statistique CBS l’ont reconnu dans une étude publiée jeudi, mais ont ajouté que l’élimination progressive de ce commerce ne serait pas bon marché.

Le gouvernement néerlandais a récemment exclu une entreprise chinoise d’un appel d’offres pour la construction d’infrastructures électriques en mer du Nord, de peur que la Chine ne cache des capteurs dans les tuyaux, a rapporté jeudi NU.nl. Cela pourrait permettre au pays d’accéder à des informations sensibles.

Ce n’est pas la première fois que des problèmes de sécurité sont soulevés par l’interconnexion entre les Pays-Bas et la Chine. Le CPB et CBS confirment dans une étude que ces inquiétudes ne sont pas injustifiées. La dépendance à l’égard de ce pays asiatique comporte également des risques géopolitiques.

Mais si nous voulons réduire ce commerce, cela va nous coûter cher, disent les comptables. Les exportations néerlandaises ont augmenté de 2,6 % grâce à la coopération avec la Chine et représentaient 66 000 emplois en 2020. L’ensemble de l’UE a un avantage à l’exportation de 1,8 % à cause de la Chine. Tout cela pourrait être perdu d’un seul coup si nous devions mettre fin à la coopération.

Lire aussi:  L'inflation au Royaume-Uni continue d'augmenter et atteint son niveau le plus élevé depuis plus de quarante ans.

En outre, la recherche de nouveaux fournisseurs ou le retrait des capacités de production de la Chine entraînerait des coûts de transition ponctuels qui pourraient être élevés. Il est difficile d’estimer le niveau exact.

La coopération entre les Pays-Bas et la Chine est largement axée sur les semi-conducteurs pour les puces informatiques. Avec ASML et NXP, notre pays compte un certain nombre de grandes entreprises de puces. Or, ce sont précisément ces produits qui présentent des risques majeurs pour la sécurité, car ils sont truffés de capteurs.

Lire aussi:  La Banque centrale européenne vient au secours des pays du sud de la zone euro

C’est pourquoi, depuis un certain temps, les milieux politiques appellent à devenir moins dépendants du pays. « Les Pays-Bas devront peser les risques géopolitiques et les coûts de l’abandon progressif », indiquent les chercheurs.

En outre, notre pays importe, entre autres, de l’acier, des appareils électriques et du charbon de ce pays asiatique.

Related articles

Share article

Derniers articles

Des dizaines d’arrestations dans une escroquerie au vin à Bordeaux

La police française a démantelé cette semaine un...

Dune : Part Two » est reporté et s’attaque à la préquelle de « Hunger Games ».

Le tournage de Dune : Part Two doit commencer sous peu, mais la date de sortie a été repoussée...

L’inflation dans la zone euro continue d’augmenter et bat un nouveau record

L'inflation dans la zone euro a atteint un...

Le rôle de Kate Winslet dans « Avatar : La voie de l’eau » est révélé.

Une nouvelle photo d'Avatar : La voie de l'eau a révélé un premier aperçu du personnage Na'vi de Kate...

Neymar à Chelsea ?

Neymar à Chelsea ?