AlgérieEtats-UnisEuropeFrance

La progression de l’espérance de vie se dégrade le plus aux Etats-Unis

PARIS - La progression de l’espérance de vie se dégrade le plus aux Etats-Unis au même moment où en France, Allemagne, Suède et aux les Pays-Bas un ralentissement sensible a été enregistré, selon l'OCDE.

La progression de l’espérance de vie se dégrade le plus aux Etats-Unis

PARIS – La progression de l’espérance de vie se dégrade le plus aux Etats-Unis au même moment où en France, Allemagne, Suède et aux les Pays-Bas un ralentissement sensible a été enregistré, selon l’OCDE.

Dans un nouveau document de travail, l’OCDE analyse l’espérance de vie dans les pays de l’OCDE et les explications possibles au ralentissement de son évolution. Elle remarque que la baisse des taux de mortalité marque le pas depuis 2011 dans plusieurs pays de l’Union européenne, ainsi qu’en Australie et au Canada, soulignant que les maladies du grand âge en sont les principales responsables en Europe.

« La réduction de la mortalité causée par les maladies cardiovasculaires est moins nette dans de nombreux pays. Les maladies respiratoires, comme la grippe et la pneumonie, causent davantage de décès certains hivers, et la mortalité due à la démence et à la maladie d’Alzheimer augmente », explique le document.

L’étude note par ailleurs que dans certains pays, notamment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, la baisse de la mortalité s’est aussi atténuée ou même inversée chez les adultes en âge de travailler en raison « du nombre croissant de décès dus à des empoisonnements accidentels liés aux toxicomanies ».

« Bien que certains facteurs de risque, comme le tabagisme, l’excès d’alcool, l’hypertension et l’hypercholestérolémie, continuent de régresser dans la plupart des pays de l’Union européenne, l’obésité et le diabète augmentent », précise l’étude, faisant valoir que l’évolution « défavorable » des inégalités pourrait aussi avoir des effets « négatifs » si l’augmentation de la longévité était « plus faible » parmi certains groupes de population que d’autres, ce qui réduit le progrès général.

En ce qui concerne les tendances à venir, l’OCDE indique qu’il n’est pas encore possible de déterminer « clairement » si le ralentissement de la baisse de la mortalité dans certains pays de l’Union européenne et aux Etats-Unis est une tendance à long terme, si le ralentissement de la réduction des maladies les plus meurtrières, comme les maladies cardiovasculaires, va se poursuivre, et si la surmortalité hivernale observée certaines années se confirmera du fait du vieillissement de la population.

Pour les auteurs de l’étude, il existe un « important » potentiel d’amélioration de l’espérance de vie et « il est impératif que des mesures soient prises rapidement pour inverser ce ralentissement ».

Aps

 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :