FranceInternationalMédiasNews

La peur est « préjudiciable » à l’exercice du journalisme

PARIS - Reporters Sans Frontières (RSF) a indiqué jeudi que son rapport 2019 sur la situation de la presse et des journalistes dans le monde révèle le déclenchement d’une mécanique de la peur "très préjudiciable" à l’exercice serein du journalisme.

La peur est « préjudiciable » à l’exercice du journalisme

PARIS – Reporters Sans Frontières (RSF) a indiqué jeudi que son rapport 2019 sur la situation de la presse et des journalistes dans le monde révèle le déclenchement d’une mécanique de la peur « très préjudiciable » à l’exercice serein du journalisme.
Le rapport, qui évalue chaque année la situation du journalisme dans 180 pays et territoires, montre également, selon RSF, que l’hostilité à l’encontre des journalistes « a fini par susciter des passages à l’acte plus graves et plus fréquents, qui provoquent un accroissement des dangers et, de ce fait, un niveau de peur inédit dans certains endroits ».
« Si le débat politique glisse subrepticement ou manifestement vers une ambiance de guerre civile, où les journalistes font figure de victimes expiatoires, les modèles démocratiques sont en grand danger », a
expliqué Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.
Pour lui, enrayer cette mécanique de la peur est « une urgence absolue pour les femmes et les hommes de bonne volonté, attachés aux libertés acquises au long de l’histoire ».
Le rapport indique qu’en dépit d’une dégradation « moins importante » cette année de son indice régional, la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord reste celle où il est le « plus difficile » et le « plus dangereux » pour les journalistes d’exercer leur profession.
« Même si le nombre de journalistes tués en 2018 en Syrie (174e, +3) a légèrement diminué, le pays, tout comme le Yémen (168e, -1) reste extrêmement dangereux pour eux », a-t-il précisé. Dans ce tableau, le rapport mentionne que seule la Tunisie fait figure d’exception (72e, +25) et enregistre une baisse notable du nombre d’exactions, alors que le Maroc stagne à la 135e place et l’Algérie passe de la 136e à la 141e place.
Selon le rapport, l’Afrique enregistre la « plus faible » dégradation régionale de l’édition 2019 du classement RSF.
Au plan mondial, la Norvège conserve pour la troisième année consécutive sa place de premier, tandis que la Finlande (+2) retrouve sa deuxième position, au détriment des Pays-Bas (4e, -1), où deux reporters spécialistes du crime organisé sont contraints de vivre sous protection policière permanente.
Seulement 24 % des 180 pays et territoires analysés affichent une situation « bonne » ou « plutôt bonne » contre 26 % l’année dernière, note RSF, qui indique que les Etats-Unis (48e), un climat toujours « plus hostile » s’est installé au-delà des propos du Président Donald Trump.
En général, poursuit le rapport, « menaces, insultes et agressions font désormais partie des +risques du métier+ de journaliste dans de nombreux pays », soulignant que dans ce « climat d’hostilité généralisée, il faut du courage pour continuer à enquêter sur la corruption, l’évasion fiscale ou le crime organisé ».
Publié chaque année depuis 2002 à l’initiative de RSF, le Classement mondial de la liberté de la presse permet d’établir la situation relative de 180 pays et territoires en matière de liberté d’information, rappelle-t-on.
Aps

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :