Analyse

La Liesse Des Uns, Le Dépit Des Autres

La Liesse Des Uns, Le Dépit Des Autres

Par : Kharroubi Habib

Les Aleppins n’ont pas attendu que l’armée reprenne le contrôle du dernier et très réduit îlot de résistance de la rébellion pour descendre en masse dans les rues de la ville manifester le soulagement qu’ils ont de voir leur ville libérée. Bien évidemment, les médias que chagrine la défaite de cette rébellion ont totalement zappé ces manifestations de liesse populaire s’étant produites à Alep. Et on les comprend car elles mettent à nu la fausseté de tout ce qu’ils ont dit ou écrit sur la ville et sa population devenues l’enjeu d’une bataille sans merci entre le régime et la rébellion dont ils ont défendu de bout en bout la cause sans même s’inquiéter qu’elle était en fait sous la coupe de groupes djihado-terroristes.

Dès que la rébellion a pris pied dans Alep, ces médias n’ont eu cesse de présenter sa population comme unanimement insurgée contre le régime. Si cela avait été vrai, la rébellion aurait pris le contrôle de la totalité de la ville. Ce qu’elle n’a jamais pu faire même quand elle apparaissait en situation de l’emporter sur le régime, à un moment réduit aux abois par la conjugaison des forces ayant œuvré à sa chute. Dans les moments les plus sombres pour lui, le régime est resté maître des trois quarts de cette ville que l’on décrivait en insurrection contre lui. Sachant qu’Alep a une population qui avoisine les deux millions d’âmes, celle qui vit dans la zone restée sous contrôle des forces gouvernementales est de ce fait de loin plus nombreuse que celle ayant été sous la coupe de la rébellion djihado-terroriste.

Les médias ont tu ce fait et totalement occulté que la population d’Alep vivant dans la partie de la ville restée aux mains des forces du régime ne s’est signalée par aucun geste exprimant son rejet de celui-ci et de la révolte contre lui. Ce qu’ils rapportaient sur Alep ne concernait que ce qui se déroulait dans ses quartiers sous contrôle de la rébellion qu’ils donnaient comme réalité ayant cours dans toute la ville.

Dans son écrasante majorité, la population d’Alep est soulagée par la libération de la ville. Elle a incontestablement eu à pâtir de la nature autoritariste et brutale du régime des Assad, mais a été loin d’un soutien aux hordes de nervis et mercenaires que ses adversaires ont réunis et lâchés contre lui avec in fine comme résultat d’avoir ruiné la Syrie et plongé son peuple dans une indicible tragédie. Ses manifestations de liesse sont l’expression de sa satisfaction à la défaite de ces semeurs de chaos et de mort. S’ils en parleront, les médias anti-régime s’empresseront de leur dénier toute spontanéité et de les qualifier de mise en scène à fin de propagande montées et organisées par le régime. Ce qu’ils n’arrivent pas à digérer c’est que la reprise d’Alep a mis à nu les mensonges et la désinformation auxquels ils se sont adonnés durant toute la bataille qui l’a rendue possible.

 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :