AlgérieNews

La formation professionnelle s’adapte à la réalité du terrain

La formation professionnelle s’adapte à la réalité du terrain

Par : Mohammed CHOUAKI

Dans moins d’un mois, il y aura plus de 290 000 nouveaux postes pédagogiques avec élargissement des offres à  l’ensemble des centres de formation et introduction de nouvelles spécialités.  C’est ce qu’a indiqué jeudi le Ministre de la Formation et de l’Enseignement Professionnels, Mohamed Mebarki lors  de sa réunion avec les directeurs de formation du territoire national, en préparation de la prochaine session de février. Il faudra aussi compter avec l’introduction de deux  nouvelles spécialités (installation réseau télécommunications et conseiller téléphonique pour les personnes aux besoins spécifiques).

En application de la stratégie du gouvernement qui exige d’adapter la formation professionnelle aux besoins du monde du travail et de l’économie, il a été programmé 370 spécialités réparties sur 22 branches professionnelles et sanctionnées par un diplôme d’Etat, et 80 autres spécialités dans la formation qualifiante au profit des jeunes qui n’ont pas achevé le cursus scolaire obligatoire.

Ainsi, les filières industrielles représentent un taux de plus de 22 % du nombre global des offres, suivies du secteur de l’hôtellerie (plus de 10 %), et des filières de l’agriculture et de l’agro-alimentaire (plus de 7 %).

Le Ministre a fait état par ailleurs d’une baisse sensible dans les offres de formation aux techniques administratives et de gestion, dont le taux actuel est de l’ordre de 12 %, contre 20 % auparavant, un recul que M. Mebarki justifie par l’adaptation au monde du travail.

Concernant les structures d’accueil, le Ministre a annoncé l’ouverture de 20 nouveaux établissements et le recrutement de 2000 nouveaux formateurs afin de couvrir les besoins du secteur.

Le département Ministériel procédera progressivement à réunir  toutes les conditions pour intégrer la langue Amazighe dans les cursus de formation et d’enseignement professionnels. Elle sera introduite dans une première étape, dans l’enseignement professionnel qui accueille des stagiaires initiés à Tamazight durant leur parcours scolaire.

Dans une déclaration à la presse en marge de cette réunion, le Ministre a souligné que pas moins de 50% des diplômés du secteur sont recrutés sans expérience professionnelle, le stage effectué dans les entreprises économique faisant foi.

Le projet de loi relatif à l’apprentissage, qui sera prochainement présenté devant le Parlement, permet aux entreprises économiques de recruter les diplômés ayant suivi des stages à leur niveau, sans passer par  les mécanismes d’emploi mis en place par l’État pour faciliter l’intégration professionnelle des jeunes.

CH.M

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer