La FNV dénonce l’approche du travail avec des substances dangereuses et se retire de la consultation

La FNV se retire de l’organe consultatif sur le travail avec des substances dangereuses, telles que le chrome-6 et l’amiante. Selon le syndicat, les entreprises et le gouvernement ne prennent pas les consultations suffisamment au sérieux. Le ministère des affaires sociales indique que des améliorations sont effectivement possibles.

Elle concerne la commission des valeurs limites du Conseil économique et social (SER). Le comité discute, par exemple, du travail en toute sécurité avec des substances cancérigènes. Le plus grand syndicat des Pays-Bas dit se heurter à un mur de réticence de la part de nombreux employeurs. En outre, l’inspection du travail serait beaucoup trop peu encline à contrôler les entreprises.

Selon la vice-présidente Kitty Jong, la FNV a fait des propositions au fil des ans pour améliorer le fonctionnement de la commission. Par exemple, le syndicat a proposé la création d’un comité distinct composé d’experts. Ce comité devrait effectuer des contrôles indépendants. Le syndicat souhaite également que l’Inspection suive et contrôle systématiquement les substances dangereuses.

Le syndicat a lancé un ultimatum

Fin avril, le syndicat a lancé un ultimatum au ministre Karien van Gennip des Affaires sociales. L’ultimatum a expiré le 1er juillet. « Mais le ministre et l’inspection du travail persistent à ne pas s’engager », déclare M. Jong.

Lire aussi:  Les Néerlandais dépensent moins à la ferme, mais plus au marché

Le syndicat est perturbé par le fait que les entreprises fournissent des informations qui, aux yeux de la FNV, ne sont pas toujours correctes. Les employés en seraient les victimes. Le syndicat se réfère aux chiffres du RIVM, qui montreraient que ces dernières années, des milliers de personnes sont mortes prématurément parce qu’elles travaillaient avec des substances dangereuses.

L’organisation faîtière des employeurs VNO-NCW a déclaré qu’elle trouvait la décision de la FNV « très malheureuse ». « Les employeurs n’ont rien à gagner d’un échec et chacun doit pouvoir travailler en toute sécurité », déclare un porte-parole.

Le ministère estime que des améliorations sont nécessaires

Le ministère des affaires sociales est également déçu. Elle estime que la fixation d’ultimatums ne s’inscrit pas dans le cadre du processus de consultation et « ne contribue pas à la recherche de solutions communes ».

Lire aussi:  Le coordinateur des créneaux horaires s'attend à ce que les voyageurs remarquent peu les nouvelles restrictions de Schiphol

Le ministère comprend la frustration et « convient que des améliorations sont nécessaires ». Mais c’est précisément la raison pour laquelle le comité est nécessaire. Le ministre Van Gennip consultera le SER sur la manière de procéder.

Related articles

Share article

Derniers articles

Legolas est-il vraiment dans la nouvelle série « Le Seigneur des Anneaux » ?

La sortie imminente de Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir rend les fans très heureux. En...

Les premiers détails de « Batgirl » ont été révélés : voici l’histoire.

Certains détails de l'intrigue concernant Batgirl ont été divulgués. Les œufs de Pâques et l'emplacement des Batgirl dans le...

Le patron de DC Films part maintenant à cause de l’affaire « Batgirl » ?

Le chef de DC Films, Walter Hamada, semble être sur le point de quitter le studio, suite à la...

Les fans de « Predator » réagissent à « Prey » : Une addition brillante à Disney+ ?

Prey, le dernier né de la série Prédateur-est enfin disponible sur Disney+. Le film est la sixième addition à...

Icône n’a pas du tout participé à la série « Le Seigneur des Anneaux ».

Peter Jackson a peut-être un peu éloigné les fans après le médiocre Le Hobbit-Les fans de la trilogie Le...