EconomieEtats-UnisNewsSociété

La Banque mondiale tire la sonnette d’alarme sur la pollution de l’eau

WASHINGTON - La qualité de l'eau, polluée par les nitrates, les métaux lourds et les microplastiques, est devenue "une crise invisible" qui touche pays riches comme pays pauvres, s'est alarmée la Banque mondiale dans un rapport publié mardi.

La Banque mondiale tire la sonnette d’alarme sur la pollution de l’eau

WASHINGTON – La qualité de l’eau, polluée par les nitrates, les métaux lourds et les microplastiques, est devenue « une crise invisible » qui touche pays riches comme pays pauvres, s’est alarmée la Banque mondiale dans un rapport publié mardi.

Cette mauvaise qualité de l’eau peut coûter jusqu’à un tiers de la croissance économique potentielle dans les régions les plus touchées, affirme l’institution de développement.

Son président, David Malpass a appelé les gouvernements « à prendre des mesures urgentes pour s’attaquer à la pollution de l’eau afin que les pays puissent croître plus vite d’une façon plus durable et équitable ».

Pays riches comme pays pauvres subissent de hauts niveaux de pollution de l’eau, rappelle le rapport publié mardi, intitulé « Qualité inconnue »: « Il est clair que le statut de pays à haut revenu n’immunise pas contre des problèmes de qualité de l’eau ».

« Non seulement une diminution de la pollution ne va pas de pair avec la croissance économique mais l’éventail de polluants tend à augmenter avec la prospérité d’un pays », note le document.

Ainsi aux Etats-Unis, un millier de nouveaux produits chimiques sont déversés dans l’environnement chaque année soit trois nouveaux types de produits chaque jour.

La Banque Mondiale appelle dans ce rapport à mieux savoir mesurer la qualité de l’eau dans le monde et à ce que cette information soit systématiquement diffusée au public. « Les citoyens ne peuvent pas agir s’ils ne sont pas informés de la situation », dit le rapport.

Il rappelle que plus de 80% des eaux usées dans le monde — 95% dans certains pays en développement– sont déversées dans l’environnement sans être traitées.

« Peu de pays en développement surveillent correctement la qualité de l’eau », déplorent aussi les auteurs.

La Banque Mondiale estime qu’il y a « un besoin urgent pour d’importants investissements dans des usines de traitement des eaux, spécialement dans les régions très peuplées ».

Aps

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :