Kurdistan irakien: après l’euphorie, la désillusion

Kurdistan irakien: après l’euphorie, la désillusion

Par : Kharroubi Habib

L’euphorie suscitée chez les Kurdes irakiens suite au scrutin référendaire dans lequel ils ont massivement voté pour la proclamation de l’indépendance de leur province à l’égard de l’Etat irakien va sous peu céder la place à une cruelle désillusion. Ils se rendront en effet compte que les dirigeants qui ont pris l’initiative d’organiser le référendum sur l’indépendance les ont dupés en leur faisant croire qu’ils proclameraient celle-ci si le oui en sa faveur l’emporte dans le scrutin.

Cela obtenu, ils constatent déjà que le chemin de l’émancipation de leur province vis-à-vis du reste de l’Irak est bouché par le refus international quasi unanime de reconnaître la validité du résultat de leur consultation et que, pire encore, celui-ci vaut un embargo au Kurdistan irakien instauré contre lui par le gouvernement de Baghdad et les Etats voisins que sont la Turquie et l’Iran, eux aussi déterminés dans leur opposition à la proclamation de son indépendance.

Il suffit d’un regard sur la carte géographique régionale pour comprendre que l’embargo que mettent en place les trois Etats va en devenant effectif proprement étouffer économiquement la province et que sa population n’a pas de secours à attendre des puissances «amies» qui affichent de la sympathie pour son aspiration indépendantiste. Pour aussi remontée qu’elle sera contre cette conjugaison d’oppositions à l’indépendance kurde, cette population sait néanmoins que l’option pour elle du recours à la guerre contre l’embargo sera suicidaire. Aussi faut-il s’attendre de sa part qu’elle en vienne à demander des comptes aux dirigeants qui sont responsables d’une initiative qui en devient sans perspectives.

Au plan international, le questionnement sur les calculs qui ont poussé ces derniers à agir de la sorte n’a pas tardé à s’exprimer. La seule certitude qui s’en dégage est que Massoud Barzani et l’autorité autonome du Kurdistan irakien qui ont organisé le référendum ne pouvaient ignorer ce qu’allait être la réaction de l’Etat irakien et des pays voisins que sont la Turquie et l’Iran. Se seraient-ils crus en situation de les défier parce que ayant eu des assurances internationales que ces Etats seront dissuadés d’entreprendre quoi que ce soit contre le Kurdistan irakien qui irait plus loin que la protestation et la guérilla diplomatique ? Cela est plausible au décryptage du comportement de certaines puissances sur la question kurde.

Si aujourd’hui elles manifestent leur désaccord sur l’initiative des autorités de la province, elles n’ont pas cessé pourtant depuis la chute du régime de Saddam Hussein à les entretenir dans l’illusion que le Kurdistan irakien est aux portes de l’indépendance. Sur ce dossier, leur cynisme atteint un sommet. D’un côté ces puissances se déclarent contre toute intention de remise en cause de l’unité de la nation irakienne, de l’autre elles poursuivent la mise en œuvre d’un plan qui vise justement à l’éclatement de celle-ci dont l’émergence d’un Kurdistan indépendant n’en serait qu’une des conséquences. L’aboutissement de leur machiavélique opération de subornation sera qu’elles auront dupé une fois encore le peuple kurde et ligué contre elles les Etats de la région qui ont parfaitement pris conscience que leur seul objectif dans la région est d’entretenir les tensions et conflits qui la secouent pour avoir prétexte à s’ingérer dans ses affaires et conforter leur mainmise sur elle.
 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *