Jetten : « Les gens veulent faire quelque chose pour le climat, mais ne savent pas comment ».

La guerre en Ukraine et les mesures prises par l’Europe pour se débarrasser de l’énergie russe ont changé notre monde à jamais. Le gaz bon marché ne reviendra pas, a déclaré mercredi le ministre du climat Rob Jetten à Lakoom Info. En raison de la crise de l’énergie, le développement durable dans les foyers et les entreprises prend de l’ampleur.

En tant que ministre du climat et de l’énergie, M. Jetten doit non seulement faire face à la crise énergétique, mais aussi garder un œil sur les objectifs climatiques de 2030 et au-delà. Outre son propre portefeuille, il doit veiller à ce que les autres ministères fassent suffisamment pour le climat. Dans une interview accordée à Lakoom Info, il envisage de rendre l’agriculture et l’aviation plus durables. Il explique également comment le gouvernement souhaite faire évoluer les comportements des citoyens.

Vous rencontrez vos collègues ministres quatre fois par an pour voir où ils en sont en matière de politique climatique. Comment ça se passe ?

« Cela se passe très bien, il y a une réelle volonté des collègues de faire leur part. Je n’ai pas encore eu à appeler quelqu’un sur le tapis pour qu’il accélère davantage. »

Lorsqu’il s’agit de rendre l’agriculture plus durable, il ne s’agit plus que d’azote. Mais pour vos objectifs climatiques, il est également essentiel que le cheptel diminue, car il est à l’origine de nombreuses émissions de CO2 et de méthane. Pourquoi le gouvernement ne le propage-t-il pas ?

« Il est vrai que l’azote est la conversation dominante. J’ai moi-même assisté à une partie d’une conversation avec Johan Remkes (médiateur de l’azote, ndlr). Là, vous remarquez qu’il s’agit précisément de politique intégrale. Les objectifs en matière d’azote sont une chose, mais pour la politique climatique, le méthane est crucial et du ministère de l’I&W (Infrastructure et gestion de l’eau, ndlr) la qualité de l’eau. « 

« Peut-être que l’eau et le climat deviendront beaucoup plus prédominants dans les dernières conversations que vous aurez avec les agriculteurs dans les régions. Conversations sur ce qui peut encore être fait, où et de quelle manière. »

Dans le domaine de l’aviation également, la politique climatique semble arriver un peu par la petite porte. Autour de Schiphol, il s’agit surtout d’azote et de pollution sonore. Voulez-vous deviner combien de fois votre collègue Mark Harbers d’I&W a parlé du climat lorsqu’il a annoncé que Schiphol devait commencer à rétrécir ?

[lachend] « Eh bien, j’ai un tel soupçon… »

Zéro fois. N’est-ce pas étrange ? En fin de compte, vous devez vérifier s’il adhère à votre politique climatique.

« Je regarderai la conférence de presse de M. Harbers de manière très critique la prochaine fois, mais même là, la conversation se déroule bien. L’une des choses les plus importantes est de déterminer concrètement les plafonds d’émission pour chaque aéroport, afin de pouvoir évaluer si I&W atteint les objectifs de réduction des émissions de CO2 qui doivent y être réalisés. »

Le gouvernement parle souvent de rendre l’aviation plus durable en se concentrant sur les carburants d’aviation durables. Ce mois-ci, le Knowledge Institute for Mobility Policy a publié une étude montrant que des parcs éoliens d’une taille équivalente à neuf fois celle de la province d’Utrecht seraient nécessaires pour produire ce type de carburant pour l’ensemble du transport aérien et maritime international au départ des Pays-Bas. Ne devrions-nous pas alors parler d’une limite nationale du nombre de vols ?

Lire aussi:  Les hôpitaux craignent des problèmes dus aux prix élevés de l'énergie et des denrées alimentaires

« Si vous voulez rendre l’aviation mondiale plus durable et que vous avez besoin de ce genre d’échelle, nous n’y arriverons pas. Ensuite, vous rencontrez à nouveau d’autres limites. C’est aussi pourquoi la taxe sur les billets d’avion augmente. Faire en sorte que voler, surtout sur certaines distances, ne soit pas normal ou ne soit plus le choix le plus logique. Faire en sorte que les gens puissent également franchir les frontières en train à un prix abordable, notamment sur le continent européen. C’est là que ça commence avant tout. »

Selon M. Jetten, nous entrons maintenant dans une « phase différente de la politique climatique ». Une « très grande reconstruction des Pays-Bas » est à venir, c’est pourquoi il veut « communiquer sur les raisons pour lesquelles nous faisons cela ». Ce faisant, le ministre tient particulièrement à souligner les conséquences positives de la politique climatique. « Que cela peut permettre, à terme, d’avoir des maisons plus agréables, avec des factures d’énergie moins élevées et un cadre de vie plus agréable avec de la verdure contre la chaleur et pour récupérer l’eau de pluie. »

Lire aussi:  Les pays du G7 soutiennent le projet de plafonnement des prix du pétrole russe

Les scientifiques disent souvent que si le gouvernement actuel a une politique climatique ambitieuse, il n’est tout simplement pas capable d’expliquer pourquoi elle est réellement nécessaire et où nous allons.

« Nous avons nous-mêmes invité des spécialistes du comportement à nous aider. Comment allons-nous non seulement expliquer les solutions techniques, mais surtout : comment faire ce changement ensemble en tant que société ? C’est pourquoi il y aura également un certain nombre de spécialistes des sciences sociales au sein du conseil sur le climat que nous nommerons dans le courant de l’année. »

« En quelques semaines, la prochaine phase du Appuyez sur l’interrupteursur la façon dont les gens peuvent prendre des mesures d’économie d’énergie. Maintenant, je veux aussi mener des campagnes plus larges sur les raisons pour lesquelles les Pays-Bas veulent devenir neutres sur le plan climatique. Qu’est-ce que cela apportera aux Pays-Bas et comment allons-nous le faire ensemble ? »

S’agira-t-il, par exemple, de manger moins de viande ? Votre collègue Carola Schouten a précisément bloqué une campagne gouvernementale sur ce sujet en 2019.

« Tous les scientifiques travaillant sur le climat affirment que le changement de comportement est le plus grand conducteur peut être de réduire le CO2. J’ai la ferme conviction que beaucoup de gens veulent y contribuer, mais ne savent pas trop comment. De bonnes campagnes d’éducation et d’information peuvent aider les gens. Comment consommons-nous ? Quel est notre régime alimentaire ? D’où viennent vos vêtements ? C’est ce dont les gens ont besoin, pour pouvoir agir eux-mêmes. »

Si cela ne tient qu’à vous, manger moins de viande fera-t-il partie d’une campagne gouvernementale ?

« Tout ce que nous consommons a un effet sur le climat, alors sur tous les sujets, il faut aussi informer les gens sur ce que vous pouvez vous-même contribuer à un meilleur climat. »

Et voler moins ? Il est certain que cela a également été tabou pendant longtemps.

« Oui, mais quand même le chef de Ryanair dit ces jours-ci que voler pour 5 euros n’est plus socialement responsable, beaucoup de choses ont changé en peu de temps. C’est donc un petit point positif dans ce secteur. »

Related articles

Share article

Derniers articles

Une actrice de Marvel se sent mal à l’aise en tournant des scènes pré-CGI.

Il a été récemment rapporté dans la presse que les artistes chargés des effets visuels chez Marvel ont un...

Cette actrice revient dans la suite de « Ghostbusters : Afterlife ».

On le supposait déjà, mais c'est désormais officiel : l'actrice Mckenna Grace reprendra le rôle de Phoebe Spengler dans...

Une interview rare sur la plus grande peur de Robbie Williams

Robbie Williams souffre d'une forme effrayante d'anxiété liée à l'engagement, déclare sa femme Ayda Field dans une rare interview...