AlgérieCulture

Iveton à l’écran, pour le souvenir et plus…

Iveton à l’écran, pour le souvenir et plus…

Par : Abdelkader DJEBBAR

Un long métrage de fiction sur le parcours de Fernand Iveton, militant anticolonialiste guillotiné à Alger en 1957, est actuellement en préparation,  il y a quelques jours auprès du réalisateur Français Hélier Cisterne.

Cette coproduction Franco-Algérienne est une adaptation du roman « De nos frères blessés », de l’écrivain Français Joseph Andras, paru en 2016, et qui s’intéresse particulièrement « aux dernières années de la vie de Fernand Iveton, à sa rencontre avec sa femme Hélène, ou encore son procès » ,devant un tribunal militaire.

Le choix de Hélier Cisterne s’est porté sur l’acteur français Vincent Lacoste et l’actrice luxembourgeoise Vicky Krieps pour incarner à l’écran le couple Iveton.

Le premier tour de manivelle de ce film, coproduit par l’Algérien “Leith Média”, se fera au mois d’octobre prochain. Le tournage est prévu entre Alger et quelques villes Françaises, a précisé le réalisateur, actuellement en repérage à Alger.

Né en 1926 au Clos-Salembier (actuellement El Madania, Alger), Fernand Iveton était ouvrier tourneur à l’usine de gaz d’El Hamma à Alger. Il a été délégué syndical affilié à la Confédération Générale des Travailleurs (Cgt), avant d’adhérer à l’Union Générale des Syndicats Algériens (Ugsa).

Militant du Parti Communiste Algérien (Pca), il intègre la lutte armée après les accords politiques entre ce dernier et le Front de Libération National (Fln) en en 1956.

A ce titre il est chargé de saboter l’usine à gaz où il dépose, le 14 novembre 1956, une bombe fabriquée par Taleb Abderrahmane qui n’explosera pas. Arrêté le jour même, il sera atrocement torturé pendant plusieurs jours dans les locaux du commissariat central d’Alger.

Fernand Iveton est jugé par un tribunal militaire qui prononcera sa condamnation dix jours après son arrestation,  le 24 novembre 1956.

Après le refus de son recours par le Président Français René Coty, il est guillotiné  le 11 février 1957 dans la cour de la prison Barberousse.

Fernand Iveton deviendra le 6e martyr guillotiné depuis le début de l’année 1957 et le seul algérien d’origine européenne a être exécuté par la guillotine.

Le roman retrace la vie du militant communiste Fernand Iveton, qui fut le seul Européen exécuté durant la guerre d’Algérie en raison de son engagement et de ses actions auprès du FLN. Le roman d’Andras est fondé sur l’ouvrage de référence [réf. nécessaire] de Jean-Luc Einaudi Pour l’exemple, l’affaire Fernand Ivetonet se conclut ainsi : « Ces pages n’auraient pas pu être écrites sans le patient travail d’enquête de Jean-Luc Einaudi – qu’il en soit, bien que disparu, remercié ici. »

Georges Acompora, qui était le compagnon d’Iveton à la cellule de la prison Serkadji, était lui aussi jugé et condamné à mort, mais il a été touché plus tard par la grâce. Acompora avait activement participé à la Révolution, avant d`être arrêté après l’attentat contre le commissariat de police de la Redoute (El Mouradia) en 1956. Il avait opté après l`indépendance pour la nationalité Algérienne.

Acompora, qui a occupé après l’indépendance le poste de colonel des sapeurs pompiers d’Alger, est décédé en 2011, des suites d`une longue maladie.

“C’est un devoir de mémoire et de reconnaissance aux sacrifices de nos ainés et c’est grâce à eux que l’Algérie entame aujourd’hui plusieurs processus de reconstruction pour le bien être de tous ces enfants dans un climat de sérénité de dialogue constructif”, souligne le Ministre de la Communication, Djamel Kaouane.

Aps

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close