Moyen OrientNewspolitique

Irak : poursuite des manifestations et nouvelles violences

BAGHDAD - De nouvelles violences ont opposé samedi les forces de l'ordre aux manifestants, qui continuent d'occuper sans interruption la place Tahrir de Bagdad pour réclamer "la chute du régime" Irakien, en dépit des promesses de réformes des autorités.

Irak : poursuite des manifestations et nouvelles violences

BAGHDAD – De nouvelles violences ont opposé samedi les forces de l’ordre aux manifestants, qui continuent d’occuper sans interruption la place Tahrir de Bagdad pour réclamer « la chute du régime » Irakien, en dépit des promesses de réformes des autorités.

Une personne a été tuée la nuit dernière et une autre samedi alors que des dizaines de personnes ont été blessées dans les violences, qui ont lieu ces derniers jours sur deux ponts de la capitale proches de Tahrir : Al-Joumhouriya qui mène à l’intérieur de la Zone verte, siège du pouvoir et des ambassades, et Senek, qui la borde, ont indiqué des sources médicales citées par l’agence AFP.

Les forces anti-émeutes se sont déployées le long des ponts samedi et lancé des grenades lacrymogènes pour tenter de repousser les manifestants, qui ont maintenu leurs positions et érigé une barricade.

Depuis le 1er octobre, 258 personnes sont mortes dans des manifestations et des violences, selon les autorités. Le dernier bilan officiel a été publié mercredi soir.

Mais selon des sources médicales et de sécurité, au moins neuf manifestants ont été tués depuis, dont huit à Baghdad-certains par des grenades lacrymogènes, tirées horizontalement par les forces de l’ordre.

Selon les mêmes sources, une personne est morte à Nassiriya, dans le Sud du pays, abattue par les gardes du QG d’un politicien local au cours d’une manifestation devant ses locaux.

Déclenchée spontanément le 1er octobre contre la corruption, le chômage et la déliquescence des services publics, la contestation réclame désormais « la chute du régime » et ne cesse d’enfler avec la participation ces derniers jours d’étudiants, de syndicats et d’organisations de la société civile.

Samedi, quelque 200 personnes souffrant d’un handicap ont organisé leur propre manifestation pour exprimer leur soutien au mouvement.

Les Irakiens ont souffert de la guerre pendant des décennies, notamment la guerre Iran-Irak (1980-88), l’invasion américaine en 2003 et des années de violences fratricides.

Depuis, le système politique de répartition des postes en fonction des confessions et des ethnies instaurées par les Américains n’a mené qu’au népotisme et clientélisme, accusent les manifestants.

Le Président Barham Saleh a promis des élections anticipées et une nouvelle loi électorale. Le Premier Ministre Adel Abdel Mahdi a lui assuré être prêt à démissionner si un remplaçant lui était trouvé.

La nouvelle loi électorale doit être soumise au Parlement « la semaine prochaine », a annoncé M. Saleh. L’Assemblée s’est déclarée il y a une semaine en « séance permanente » mais n’est pas parvenue jusqu’ici à obtenir une audience du Premier Ministre, inscrit en premier à l’ordre du jour actuel.

Samedi soir, de nombreux manifestants disent compter passer une nouvelle nuit à Tahrir en dépit du couvre-feu nocturne imposé par l’armée. Autour de la place, les bâtiments sont recouverts de portraits de jeunes irakiens tués dans les heurts avec la police.

Aps

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :