AlgérieEconomieNews

Industrie automobile : Lutter contre la spéculation

Industrie automobile : Lutter contre la spéculation

Par : Abdelkader DJEBBAR

La facture d’importation des collections CKD destinées à l’industrie de montage des véhicules de tourisme brûle les doigts. Elle a abattu des records. Pour ce premier semestre 2018, la facture s’est établie à près de 1,32 milliard de dollars contre 706,3 millions de dollars durant la même période de 2017, en hausse de 612 millions de dollars (+86,73%).

Quant aux véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises (produits finis) et des collections CKD de cette catégorie de véhicules, leurs importations ont très légèrement diminué à 265,52 millions de dollars, contre 267,5 millions de dollars au 1er semestre 2017, soit une baisse de 0,73%.

Ainsi, la facture globale d’importation des collections CKD destinées à l’industrie de montage de ces deux types de véhicules et l’importation des véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises (produits finis) s’est chiffrée à 1,58 milliard de dollars au 1er semestre 2018 contre près de 974 millions de dollars à la même période de 2017, en hausse de 606 millions de dollars entre les deux périodes de comparaison.

Les importations des parties et accessoires des véhicules automobiles (pièces détachées pour les automobiles finis) ont chuté à 170,53 millions de dollars contre 191,13 millions de dollars (-10,8%).

Sur toute l’année 2017, la facture d’importation globale des Véhicules de Tourisme finis et des collections CKD destinées à l’industrie de montage de ce type de véhicules s’était chiffrée à près de 1,62 milliard de dollars (contre 1,35 milliard de dollars en 2016).

Au Ministère en charge de l’industrie automobile on parle beaucoup plus de confiance qui doit « s’installer avec le respect des délais et des conditions par les sous-traitants et la fourniture d’un service de qualité au consommateur par la chaine qui part de la fabrication jusqu’à la commercialisation et prenant en considération l’exigence du client et sa fidélité au produit Algérien ».

Le Ministre a encore déclaré que cette confiance consiste en la lutte contre la spéculation et la transparence dans la chaine de fabrication dans tous types d’activités.

L’Algérie dispose de nombreux atouts pour développer cette industrie dont l’acier, le fer, le textile, la pétrochimie permettant la fabrication de composantes du véhicule, a-t-il affirmé, soulignant que “l’objectif est de créer des milliers d’entreprises privées en industrie d’accessoires et de  composantes de véhicules”.

Le Ministre explique, dans ce contexte, que chaque véhicule nécessite entre 30.000 et 40.000 de ces composantes permettant de créer 10.000 emplois, tout en rappelant que le gouvernement a accordé de gros avantages à cette industrie.

A.D

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :