"A Haute Voix"AlgérieNews

Hommage / Ammi Amar : L’imam ange gardien de…Scala

Hommage /Ammi Amar

L’imam ange gardien de…Scala

Par : Fayçal Charif

Ton image est toujours là, agréablement présente dans nos esprits, nous les enfants de ce quartier populaire d’El Biar, Scala. Ton souvenir est vif, éveillé réveillé en nous. Ton âme est si pure qu’on la sent avec nous.
Ammi Amar, je me rappelle de toi, comme un père, un protecteur. Jamais je n’ai pu oublier ta belle barbe blanche, ton sourire angélique, ton calme, ta sagesse, ton savoir…et ta manière de réciter le coran avec ton petit accent kabyle qui donnait du charme à tes lectures.
Je me rappelle de toi avec ta « Abaya », ton « Bernous » ou ta « Kachabia », en fonction des saisons et occasions, comme pour entretenir la tradition et le patrimoine. Je me rappelle quand tu rassemblais les enfants autour de toi pour leur apprendre le coran. Tu n’avais pas un bâton à la main mais un grand sourire sur les lèvres.
Je me rappelle comment après chaque prière du Maghreb, les gens se précipitaient pour faire un grand cercle dans la mosquée pour réciter ensemble un hizb du coran et ce chaque jour que Dieu faisait.
Je me rappelle de tout, du moindre détail, de ta petite silhouette d’éternel grand-père. Je me rappelle de ta démarche, de ta manière de saluer, de ta voix, de ta gentillesse, de ta tolérance, de ton ouverture d’esprit et de tes connaissances que tu transmettais avec générosité.
Je me rappelle comment tu forçais le respect par ton regard et tes paroles. Je me rappelle des rares fois où tu te mettais en colère, toujours pour la bonne cause et pour rectifier le non sens des gens. Comme ce jour où tu as vu un groupe de jeunes, qui ont attendu la fin de la prière que tu dirigeais pour se lancer tous seuls avec un imam improvisé parmi eux et faire la prière seuls loin des autres. Tu étais hors de toi et tu as attendu qu’ils terminent pour les sommer de ne plus perturber la prière dans la mosquée par leurs agissements. C’était les prémices de quelque chose de mauvais en gestation. Je me rappelle que tu étais tellement en colère que tu as prononcé des mots en français, un français parfait d’ailleurs.
Je me rappelle aussi de ce petit groupe d’adolescents qui est venu te voir pour te demander si se mettre en short pour jouer au foot était « Haram ». A ce jour, ta réponse résonne en moi. Tu avais répondu : « Et est-ce que vous jouez bien au foot ou pas ». Tu n’avait pas dit plus.
Tu as vécu la belle époque de la mosquée de Scala et tu as été pendant des années l’imam et l’homme par qui arrive la sagesse. C’était les belles années 80. Plus tard, les choses allaient changer en mal, en pire. Tu as fait face, mais la politique, l’ignorance et l’irrespect envers toi avaient fait leur effet.
Depuis, on te voyait passer comme une ombre, mais toujours avec ta barbe blanche, tes habits blancs et ton sourire légendaire.
Un jour tu es parti pour ne plus revenir, mais de là où tu es, tu veilles sur la mosquée et sur Scala…les vrais fidèles de Scala, El Biar et même d’ailleurs étaient venus pour te dire : Adieu Ammi Amar,Adieu l’imam ange gardien de…Scala.

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close