AlgérieNewsSantéSociété

Grève des médecins résidents : Appel au Président de la République

Grève des médecins résidents

Appel au Président de la République

Par : Abdelkader DJEBBAR

Devant l’ampleur prise par la grève des médecins résidents, le Président de l’Ordre national des médecins sollicite “l’arbitrage” du Président de la République.

Ils étaient des centaines et des centaines de médecins résidents à s’être retrouvés hier lundi devant la Grande poste à Alger en signe de revendication d’un dialogue serein et constructif pour résoudre leurs problèmes et créer un nouveau climat de travail pour mieux accomplir leur mission. L’appel au dialogue constructif date déjà de plusieurs mois.

En signe de solidarité et aussi de contestation, d’autres groupes de médecins résidents ont observé des rassemblements similaires, le premier à quelques dizaines de mètres de l’Assemblée Populaire Nationale et le deuxième au niveau du CHU Mustapha-Pacha.

Les revendications des médecins résidents portent essentiellement sur l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et son remplacement par un autre système de couverture sanitaire pour l’intérêt du patient et l’épanouissement socioprofessionnel du médecin spécialiste, le droit à la dispense du service militaire, le droit à une formation de qualité pour le médecin résident, la révision du statut général du résident, le droit aux  œuvres sociales, ainsi que le droit à l’agrément d’installation à titre privée de spécialistes en biologie clinique.

Des parlementaires, présents au rassemblement ont apporté leur soutien aux médecins résidents, rapporte l’APS, en prônant le dialogue entre les différentes parties afin d’aboutir à une solution à cette grève déclarée “illégale” par la justice.

Ce rassemblement intervient en parallèle au dialogue prôné par le Ministère de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière avec les représentants des médecins résidents.

Le débrayage enclenché par quelque 15.000 médecins résidents de différentes spécialités, a provoqué une grande perturbation dans plusieurs établissements hospitaliers, allant jusqu’à la paralysie dans certaines spécialités, à l’instar de la chirurgie, où des interventions chirurgicales ont été reportées, et parfois annulées. C’est le degré de pourrissement de la situation face aux positions des uns et des autres et le climat néfaste qui prévalent dans les structures médicales.

Le Président de l’Ordre national des médecins, Dr Mohamed Bekkat Berkani, a plaidé mardi à Alger, pour un dialogue “constant” et des concessions entre les deux parties du conflit pour arriver à une solution des problèmes soulevés par les médecins résidents, qui sont en grève depuis plus de deux mois.

Tout en qualifiant de “légitimes” les revendications des médecins résidents, M. Bekkat qui s’exprimait au forum d’El-Moudjahid, a estimé que ces revendications “peuvent être toutes prises en charge par le dialogue, lequel doit être constant, définitif et avec des conclusions”.

“Lorsque deux positions ne sont pas conciliables (…) les concessions se font également dans le cadre du dialogue”, a-t-il déclaré faisant observer, qu’entre-temps, ce sont les patients qui sont “pénalisés”.

A.D

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close