AMÉRIQUEEtats-UnisNews

Floride : Le grand branle-bas de combat

Floride : Le grand branle-bas de combat

Par : M. AZZEDE

Irma malmène de plus en plus les Caraïbes à un point tel que tout un chacun fait de son mieux pour se protéger. Pour l’instant ce sont surtout des îles dans les Caraïbes qui sont les plus menacées malgré les efforts déployés par les secouristes. Il y a eu déjà des morts. Les dégâts sont considérables. Les déplacements incalculables. Sur les routes et autoroutes, les voitures qui fuient les zones dangereuses roulent pare-chocs contre pare-chocs. À des vitesses de tortue comparativement et contrairement aux périodes normales.

Du côté de la Floride, aux États-Unis, on n’hésite plus. On ne se pose plus de questions. Il faut fuir les territoires menacés. Il faut s’approvisionner en eau et nourriture malgré une hausse subite des prix dans les supermarchés. La spéculation bat son plein. L’important est de posséder sa propre voiture pour ne dépendre de personne ni d’aucun service pour fuir la « zone de combat » ou la vie ne tient qu’à un fil.

« L’heure est grave » ne cessent de répéter les responsables de l’État qui tiennent à sauver des vies humaines. Surtout parmi les itinérants de la Floride habitués aux nuits à la belle étoile dans les régions de Miami, Fort Lauderdale ou encore Miami Beach.

« L’heure est grave ». C’est le mot d’ordre de ces derniers jours. Tout laisse croire à des situations plus graves encore en fin de semaine à moins que l’ouragan ne prenne une autre trajectoire pour s’en aller vers les Bahamas. Et pour l’instant, c’est la course contre la montre. Tout juste si on n’a pas encore scandé « sauve-qui-peut ».

Mais selon toute vraisemblance, l’ouragan pourrait longer la côte et éviter le choc de la pénétration sur la Floride. Il est toutefois beaucoup trop tôt pour avoir des certitudes, à part qu’il s’agit d’un des 5 ouragans les plus dangereux jamais enregistrés, avec des rafales à 360km/h dans un rayon de 100km autour de son œil. Le gouverneur de Floride a demandé mercredi matin aux populations de ne pas prendre de risque, et d’évacuer. Jusqu’à mercredi soir, c’est, tout simplement, le grand branle-bas de combat en Floride qui retient son souffle jusqu’à demain samedi.

A.M

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close