Analyse

Finies les candidatures parachutées ?

Finies les candidatures parachutées ?

Par : Kharroubi Habib

Des rangs du FLN et de ceux de son frère ennemi le RND filtrent des informations sur l’opération de confection des listes électorales pour les législatives qui battent en brèche le discours rassurant que tiennent Djamel Ould Abbès et Ahmed Ouyahia quant au respect des critères qu’ils ont présentés comme devant être pris en compte pour leur établissement et la sélection des candidats à la candidature.

Le patron du FLN et son homologue du RND ont affirmé à qui voulait les entendre que le temps est révolu de la confection de listes électorales par les cabinets noirs au sein des instances dirigeantes de leurs formations et encore moins sur interventions extérieures à celles-ci. Ils ont promis juré que dorénavant l’opération se ferait en toute transparence et que la base du parti en serait l’arbitre souverain. Mais à en croire ce qui est rapporté par des sources internes aux deux partis de la mouvance présidentielle, rien n’aurait en fait changé dans les pratiques dont il résultait antérieurement leurs listes électorales.

Le faisceau d’informations qu’elles distillent donne à entendre que les promesses et engagements que Djamel Ould Abbès et Ahmed Ouyahia ressassent ne seraient que poudre de perlimpinpin vendue aux simples adhérents de leurs formations et à la l’opinion publique. Pour ceux qui profèrent cette assertion, le FLN et le RND présidés par Ould Abbès et Ouyahia n’ont en rien rompu avec leurs pratiques détestables et antidémocratiques faisant prime dans la sélection de candidats à la candidature aux critères privilégiant ceux qui ont les «épaules» ou du répondant financier.

L’opération d’assainissement promise dans ce domaine par les deux patrons des partis en question paraît s’il faut en croire nos sources être restée un effet d’annonce n’ayant aucune traduction dont il a résulté le respect des pratiques démocratiques pour la confection des listes de candidature. Peut-être que Djamel Ould Abbès et Ahmed Ouyahia ont été sincères dans l’intention d’ouvrir leurs formations respectives à une vie et des pratiques démocratiques. Mais ce n’est pas par un coup de baguette magique ou par l’incantation de cette intention qu’ils peuvent mettre fin aux recettes qui ont été à la base de la cuisine électorale qui est celle de leurs partis leur devenant consubstantielle.

Dans le système avec lequel ils font corps le FLN et le RND sont des tremplins de carrière. Ce qui en fait des appareils dont le fonctionnement et le contrôle ne sont qu’en apparence l’apanage de leurs directions organiques visibles. D’où que les bruits de fond qui percent des rangs du FLN et du RND confortent la conviction qu’il s’y déroule une guerre des investitures qui n’a rien d’une compétition à la loyale entre candidats à la candidature sur un pied d’égalité s’agissant des critères devant les départager. Chasser le naturel, il revient au galop ; cela semble se vérifier pour ces deux partis.

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :