EconomieNews

Finances Il est temps de « s’acclimater « 

Finances

Il est temps de « s’acclimater « 

Par : Abdelkader DJEBBAR

Un petit parallèle entre les banques étrangères et celles de l’Algérie laisse perplexe. Qu’en sera-t-il alors s’il s’agit d’une étude comparative approfondie

Sous l’effet de l’anonymat, un citoyen Algérien affirme faire affaire avec une succursale CPA depuis plus de 40 ans. Et avec la CNEP depuis 1965. Avec une banque nord Américaine depuis presque 30 ans…

Entre l’institution financière étrangère et les deux Algériennes, c’est tout simplement la nuit et le jour.. La CNEP brille par son absence parmi « les petites gens ». Il fut un temps où la Caisse d’Épargne avait sa place parmi les couches moyennes attirées, à l’époque, par un taux d’intérêt assez avantageux. Il frisait les 5%.

« Ce n’était pas un trésor, mais dans les années soixante, c’était de l’argent » affirme mon interlocuteur, très déçu par le grand virage de la CNEP qui s’était détachée petit à petit des couches laborieuses.

Les banques ? « Un sujet à ignorer ». Les « petits revenus » ne comptaient nullement pour les banques qui optaient pour les gros sous » qui n’avaient même pas besoin de justifier la provenance des fonds.

La sonnette d’alarme est maintenant tirée face aux dépôts de plus en plus maigres qui se font dans les institutions financières Algériennes. Et dire que parmi les objectifs immédiats, nos responsables penchent de plus en plus en faveur du paiement électronique. Si la faisabilité est aujourd’hui possible côté des banques et Poste Algérie, le citoyen au bas revenu, tout comme « les gagnants gros », le climat semble favorable au nouveau mode de paiement.

Outre Atlantique, explique notre interlocuteur binational, rares sont ceux qui possèdent plus d’un billet de 20 dollars cash en poche. Même pour un paquet de cigarettes, le paiement se fait avec « chlic-chlac », la carte plastique. Sans gros risques,  bien que les surprises laissent parfois perplexes ».

Mais depuis quelques temps, le Gouverneur de la Banque d’Algérie ne cesse d’appeler les institutions financières à «  se mobiliser de manière résolue dans le but d’assurer « la bancarisation de la liquidité monétaire thésaurisée et de sa canalisation vers les objectifs de financement de l’économie et de sa diversification » pour des jours meilleurs. Il est urgent de ne plus perdre de temps et de voir la réalité en face compte tenu de la conjoncture mondiale.

A.D

 

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :