Analyse

Fin de course pour beaucoup de candidats à la candidature

Fin de course pour beaucoup de candidats à la candidature

Par : Kharroubi Habib

L’opération dépôt des listes de candidats pour les élections législatives du 04 mai prochain s’est achevée hier minuit, dernier délai fixé par l’administration en charge de l’organisation du scrutin. Elle met fin, pour nombre de partis et de prétendants indépendants, au parcours du combattant qu’aura été leur quête des indispensables investitures, sésame permettant leur participation à la compétition électorale. Pour beaucoup d’entre eux, l’aventure électorale s’est arrêtée nette faute d’avoir obtenu ces investitures. En soi, l’élagage ainsi opéré n’est pas pour surprendre tant il y a eu de farfelus et inconsistants partis et «indépendants» a vouloir concourir.

Ceux qui en ont fait les frais, partis ou individualités, ne manqueront pas d’imputer leur échec, qui aux sombres manigances de l’administration, qui au reflexe moutonnier des citoyens leur ayant fait refuser de contribuer à une recomposition du paysage politique national. Ils seront bien peu à admettre qu’ils le doivent à l’insignifiance de leur ancrage partisan chez ces citoyens pour les premiers et à leur absence de notoriété pour les seconds. Mais l’élagage ainsi opéré n’induit nullement que les listes électorales qui vont se disputer les sièges parlementaires à pourvoir donneront lieu à un débat électoral à hauteur des défis auxquels le pays est confronté et dans lesquels les électeurs trouveront raison a ne pas déserter les urnes. Ce n’est pas parce qu’ils ont franchi l’obstacle du dépôt de leurs listes électorales que les formations partisanes ou les indépendants qui prendront part à la compétition électorale sont susceptibles de renverser la tendance lourde de l’abstention qui se profile au constat de l’indifférence bien marquée que les Algériens affichent pour la «cuisine» électorale en préparation.

Ni le pouvoir qui les organise, ni les acteurs politiques qui y participeront ne sont en capacité d’insuffler aux joutes électorales à venir, le « sel» qui pousserait les citoyens et électeurs à s’y intéresser. Les «garanties» et promesse que l’un présente comme assurant au prochain rendez-vous électoral un déroulement en toute transparence et régularité et l’engagement par les autres de «secouer le cocotier» politique n’ont provoqué aucun emballement pour la compétition et encore moins l’engouement populaire.

C’est là le signe que l’abstention s’annonce comme devant être le comportement majoritaire de l’électorat, dont l’amplitude est redoutée autant par le pouvoir et ses relais partisans que par ceux qui ont opté pour leur faire concurrence. Des élections, les premiers entendent en effet obtenir la consécration de leur gouvernance et les seconds celle de leur ancrage dans la société et ainsi avoir la légitimité de se considérer en tant que source d’alternative au statu quo politique dont sont la cause ce pouvoir et ses relais. Une abstention massive discréditera inéluctablement les uns et les autres. Et c’est bien ce scénario qui semble se profiler pour faire à nouveau d’un scrutin une opportunité encore ratée de sortir l’Algérie de sa crise politique persistante.
 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :