"A Haute Voix"

« Faut-il sauver le soldat Tebboune !!? » 

A Haute Voix

« Faut-il sauver le soldat Tebboune !!? » 

Par : Fayçal Charif

Que se passe-t-il au sommet de l’état ? C’est quoi ce délire politique ? Qui tire les ficelles et pourquoi ? Des questions, des questionnements et des inquiétudes sur ce feuilleton politique de l’été 2017 qui dure et perdure et fait perdre la tête aux algériens qui ne savent plus où donner de la tête.


Tout avait pourtant bien commencé avec la nomination un peu « salutaire » de Abdelmadjid Tebboune, qui remplaçait « le turbulent » Abdelmalek Sellal. Tebboune, cet homme politique du sérail, qui inspire confiance et qui connait ses dossiers, étant sur plusieurs fronts depuis de longues années, a été accueilli dans le monde politique avec soulagement.

L’homme qui connait bien son métier n’a pas tardé à faire parler de lui, plus, à faire peur à ceux qui se cachent dernière les rideaux et qui tirent les ficelles. Il monte au créneau avec un nouveau discours, beaucoup plus apaisé dans la forme que celui de son prédécesseur, mais percutant et surtout  pragmatique dans le fond, tout à fait contraire au Premier ministre partant.


Quelques jours seulement après sa nomination comme Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune arrive avec finesse et savoir faire à faire oublier Abdelmalek Sellal. Sa présence est différente, son discours est différent et surtout, il fait très sérieux.

Au moment où la politique algérienne commençait à s’habituer à son Premier ministre, un incident  rare et majeur entre lui et l’homme d’affaire Ali Haddad, rejoint à l’occasion, et de manière étonnante et illogique, par le patron de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, fait penser à un bras de fer au somment de l’état.

Le Premier ministre, nommé par le Président de la république, ne pouvait agir seul. Au nom de l’état, il a voulu mettre à nu et faire face à « l’affairisme » sauvage et non contrôlé. Vraie ou fausse, cette approche avait fait couler beaucoup d’encre dans les médias.

Mais bizarrement, dès que le frère du Président, Saïd Bouteflika, s’est montré très proche de  Haddad et Sidi Saïd lors des funérailles de Réda Malek, avec les étonnants échanges entres eux, et surtout la manière de ces échanges, la donne a changé et certaine presse s’est retournée contre le Premier ministre croyant que la présidence n’a pas appréciée « les sorties » du tout nouveau chef du gouvernement. Une autre presse est restée attentive des événements et a posé la question : « Faut-il sauver le soldat Tebboune » ou le laisser tomber sous la chaleur torride de la politique et sous une chaleur naturelle suffocante, qui apparemment a chauffé les esprits. Si la presse a parlé, l’opposition politique est restée étonnamment muette.

Le feuilleton politique de l’été qui se poursuit, n’a d’égal comme événement que l’autre feuilleton social : « le burkini et le bikini » qui revenait chaque soir avec ses incroyables histoires de la journée pour décrire une société algérienne toujours à la recherche de son identité.
Mais en fait, « le burkini et le bikini », c’est un feuilleton d’été pour le petit peuple, par contre le feuilleton « Tebboune – Haddad » c’est plutôt un feuilleton d’été pour les politiques et les médias.

A quelques jours de la fin de l’été et la fin des chaleurs qui apparemment ont fait tourner les têtes et les esprits, on ne sait pas encore quelle issue pour les deux « affaires » et si le premier feuilleton va connaître sa fin avec la fin de l’été, parce que le burkini et le bikini n’auront plus de raison d’être jusqu’à l’été prochain, le deuxième feuilleton reste en suspend et en suspense jusqu’à nouvel ordre. Le Président de la république a donné des signes de soutien et de confiance à son Premier ministre, au moment où quelques voix ici et là se sont élevées pour crier : « Il faut sauver le soldat Tebboune ». A suivre…

CH.F

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close