FAO : de nouvelles recommandations pour la sécurité alimentaire mondiale

FAO : de nouvelles recommandations pour la sécurité alimentaire mondiale

ALGER –  La 44ème session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) de la FAO, qui a eu pour thème “faire une différence dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle”, a approuvé de nouvelles recommandations liées au rôle de la foresterie durable dans l’objectif de parvenir à une sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous, a indiqué l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur son site web.

Les recommandations traitent du besoin d’adopter une approche politique intégrée lorsqu’il s’agit d’agriculture, d’eau et de sécurité alimentaire, en renforçant la coordination intersectorielle.

Il a été également question de mettre en lumière les droits fonciers, ainsi que d’autres ressources essentielles pour mener à bien cette approche, avec le Comité reconnaissant le rôle très important que pourraient jouer les directives volontaires du CSA sur les droits fonciers, pour y parvenir.

Le CSA a également traité de l’urbanisation et du développement rural et offert une plateforme pour que les intervenants travaillent ensemble et évitent de considérer l’urbanisation et le développement rural comme deux  secteurs distincts, comme cela a été le cas auparavant.

Ceci est particulièrement pertinent dans un monde en constante urbanisation et avec des systèmes alimentaires en évolution.

Le nombre de personnes vivant dans les villes est appelé à augmenter, passant de 50% à 66% d’ici 2050.

D’ici les deux prochaines années, le Comité explorera l’impact de l’urbanisation sur les jeunes percevant de faibles revenus et les effets d’un recours plus systématique aux jeunes et aux femmes  dans les systèmes alimentaires, notamment lorsqu’il s’agit de relier les producteurs aux marchés.

Le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a déclaré que davantage de politiques actives  étaient nécessaires en vue de garantir des systèmes alimentaires durables, insistant sur le fait que les compagnies et les usagers devaient jouer un rôle important en restructurant les systèmes alimentaires mondiaux, à un moment où la faim tout comme l’obésité sont en hausse.

Lors d’une journée dédiée à la nutrition, les participants issus de la société civile, du secteur privé, les petits exploitants agricoles africains et d’autres ont présenté leurs bonnes pratiques et leçons liées aux investissements dans des systèmes alimentaires sains.

L’importance d’utiliser les conseils politiques du CSA, qui permettraient de faire une grande différence dans la capacité des gouvernements à réaliser les objectifs de développement durable, était le message récurrent de la semaine de la part de l’ensemble des intervenants.

Aps

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *