AnalyseNewspolitiqueRevue de presse

Face à une double intransigeance, des personnalités en appellent à la sagesse et à la modération

Les personnalités politiques et universitaires qui ont signé et rendu publique une déclaration dans laquelle elles suggèrent au Pouvoir le report de l'élection Présidentielle dont le scrutin a été fixé pour le 12 décembre prochain ont pris la précaution de ne pas se positionner contre ce rendez-vous électoral, à quoi le haut commandement de l'armée et son chef d'état-major n'entendent substituer aucune autre démarche et surtout pas celle d'une transition qui le repousserait plus loin dans le temps.

Face à une double intransigeance, des personnalités en appellent à la sagesse et à la modération

Oran par : Kharroubi Habib

Les personnalités politiques et universitaires qui ont signé et rendu publique une déclaration dans laquelle elles suggèrent au Pouvoir le report de l’élection Présidentielle dont le scrutin a été fixé pour le 12 décembre prochain ont pris la précaution de ne pas se positionner contre ce rendez-vous électoral, à quoi le haut commandement de l’armée et son chef d’état-major n’entendent substituer aucune autre démarche et surtout pas celle d’une transition qui le repousserait plus loin dans le temps.

De la part de certaines d’elles, cette précaution indique qu’elles ont pris acte que le Pouvoir ne déviera pas de son projet d’organiser l’élection Présidentielle et qu’il est déterminé à le faire aboutir, en dépit des fortes oppositions qu’il suscite. A ce Pouvoir, elles tentent désormais de faire entendre qu’il peut, sans renoncer à l’organisation de cette élection, créer les conditions qui en feront un « rendez-vous réussi et consensuel » d’autant qu’elles admettent que «la majorité du peuple ne rejette pas de façon absolue l’élection Présidentielle ».

Ce qui est une façon pour elles de reconnaître que l’unanimité populaire contre cette échéance électorale, dont se réclament les radicaux du Hirak pour en exiger l’annulation, n’est pas la réalité qui prévaut au sein de l’opinion Algérienne.

Le report que demandent les signataires de la déclaration, même présenté comme une décision pouvant servir à donner lieu à la réalisation d’un consensus national sur une sortie de la crise qui aurait l’adhésion de toutes les parties prenantes à celle-ci, sera probablement refusé par le Pouvoir du fait pour qui un tel recul est inenvisageable car signifiant qu’il n’a pas la maîtrise autant qu’il le prétend de la situation induite par la crise politique.

Cette maîtrise, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah s’en est encore prévalu dans son allocution de mardi devant les cadres de la marine nationale, sans que l’on sache s’il répondait ainsi directement aux personnalités signataires de la déclaration rendue publique, presque concomitamment avec sa prise de parole. Gaïd Salah a non seulement martelé que le processus électoral en cours se poursuivra parce qu’il met «la locomotive de l’Algérie sur la bonne voie, orientée vers la bonne destination », mais il a aussi prévenu que l’armée ne permettra à personne de perturber ou d’entraver le processus électoral.

Dans la crise politique dans laquelle le pays est plongé, le Pouvoir de fait qui entend lui administrer sa propre solution et les plus radicaux de ses opposants sont adossés sur des intransigeances qui sont réfractaires à des médiations qui cherchent à établir un pont entre eux et à les convaincre de la nécessité de construire un compromis national pour une solution durable à la crise dont le pays ne peut plus continuer à en faire les frais.

 KH.H – Source : Le Quotidien d’Oran 17/10/2019

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :