AlgérieFranceNews

Étudiants Algériens en France : Entre l’enclume et le marteau…

Étudiants Algériens en France

Entre l’enclume et le marteau…

Synthèse par : Abdelkader DJEBBAR

Pas facile du tout la vie des Étudiants Algériens en France! Surtout après ce que certains ont appelé « modification de certaines conditions pour l’obtention de visa d’études. L’une des principales mesures porte sur l’obligation faite  aux Algériens souhaitant étudier en France de s’acquitter 30% de la réservation d’hôtel sur trois mois effectuée dans le cadre de la demande de visa d’étude.

Ce à quoi répond  l’ambassade de France en Algérie en soulignant « que plus des trois-quarts des dossiers présentaient une réservation d’hôtel annulée dès le lendemain où elle avait été prise ou juste après la délivrance du visa ».

« En annulant sa réservation d’hôtel ou en modifiant son adresse d’hébergement, l’étudiant se prive des justificatifs obligatoires lors de son arrivée en France et pour ses trois premiers mois de séjour. Il encourt alors plusieurs risques : refus de délivrance de visa, refoulement à la frontière, refus de délivrance de titre de séjour ou obligation de quitter la France », explique l’ambassade de France.

Pour l’ambassade, « il ne s’agit pas de nouvelles conditions mais seulement de l’application des exigences réglementaires, avec pour seule préoccupation le succès de la procédure engagée afin de sécuriser le séjour des étudiants algériens ». « Pour mémoire, plus de 23.000 étudiants algériens poursuivent actuellement leurs études en France », conclut le communiqué.

Jusqu’à présent, il était exigé aux demandeurs de visa d’étude de justifier leur hébergement sur le territoire français soit par une attestation d’hébergement faite par une personne dans un rayon de 50 km du lieu d’étude, d’une réservation d’hôtel ou bien une demande/attribution d’un logement au Crous. Compte tenu de la difficulté d’obtenir une attestation d’hébergement ou un logement Crous, la majorité des étudiants algériens optaient pour l’option de la réservation d’hôtel, quitte à s’arranger autrement une fois sur place. « À notre grand étonnement, souligne l’Union des Étudiants Algériens en France,  nous avons constaté que le consulat français n’exige nullement le paiement de la réservation d’hôtel aux Marocains et aux Tunisiens ». L’Union qui estime que « cette mesure discriminatoire constitue une rupture d’égalité de traitement entre les demandeurs de visa car des centaines d’étudiants ont obtenu leurs visas avant l’instauration de cette nouvelle mesure ».  L’UEAF « exige » par conséquent « la levée immédiate de cette mesure, de rétablir les conditions de départ et de les aligner avec les conditions exigées à d’autres pays ».

A.D

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close