AFRIQUENews

Ethiopie-Erythrée : le Premier Ministre Ethiopien à Asmara pour mettre en œuvre les accords d’Alger

Ethiopie-Erythrée : le Premier Ministre Ethiopien à Asmara pour mettre en œuvre les accords d’Alger

 ADDIS-ABEBA – Le Premier Ministre Ethiopien Abiy Ahmed s’est rendu dimanche à Asmara (capitale de l’Erythrée) où il a été accueilli par le Président Isaias Afwerki pour une rencontre destinée à poursuivre le processus normalisation des relations entre les deux pays amorcé par les accords d’Alger en 2000.

La télévision officielle de l’Erythrée a montré les deux dirigeants entamant leurs discussions, tandis que le chef de cabinet de M. Abiy, Fitsum Arega, déclarait par tweet que “la visite offre une occasion extraordinaire pour promouvoir la paix pour le bien de nos peuples”. “Cette visite s’inscrit dans les efforts de normalisation avec l’Erythrée. M. Abiy doit discuter avec les dirigeants érythréens de la manière de nous réconcilier”, a déclaré le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères Meles Alem.

La rencontre historique de dimanche fait suite à l’annonce par M. Abiy le mois dernier de la volonté de l’Ethiopie d’engager des pourparlers “sans conditions préalables” pour poursuivre l’application de l’accord de paix signé en décembre 2000 à Alger entre les deux voisins. Un “engagement envers l’application pleine de l’accord de paix” (lien : ) et une “évolution positive” que le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, et le porte-parole du ministère des Affaires étrangères algérien, Abdelaziz Benali Cherif, avaient tour à tour salué. Dans le cadre de ces efforts de réconciliation et de rapprochement, une délégation gouvernementale érythréenne de haut niveau avait effectué fin juin dernier une visite à Addis-Abeba.

Les deux Etats ont décidé de résoudre la question du tracé des frontières qui préoccupent les deux pays. L’Ethiopie et l’Erythrée s’étaient livrés de 1998 à 2000 à un conflit armé qui avait fait quelque 80.000 morts, notamment en raison d’un désaccord sur leur frontière commune. En décembre 2000, un accord de paix avait été signé entre les deux parties à Alger. En raison de nombreux différends ayant surgis entre les deux parties, l’application de cet accord n’avait pas été totalement concrétisée. Il y a deux ans à peine, en juin 2016, un conflit avait opposé les deux armées à la frontière. Mais le nouveau Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé le 6 juin dans un communiqué son intention d’appliquer pleinement l’accord de paix signé à Alger avec l’Erythrée et les conclusions de la commission internationale indépendante sur la démarcation de la frontière.

Abiy Ahmed, qui a pris ses fonctions en avril, a lancé un train de réformes sans précédent depuis plus de 25 ans dans le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique. En juin, il annonce la création d’une commission consitutionnelle visant à réviser le système politique reposant sur un fédéralisme ethnique. La coalisation au pouvoir a, également, déclaré son intention d’entreprendre une privatisation à grande échelle d’entreprises étatiques et la libéralisation de secteurs clés de l’économie érythréenne.

Aps

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :