AlgérieFranceNews

Eric Zemmour sur Maurice Audin  : « Il aurait mérité 12 balles dans la peau »

Le controversé et le versé dans la haine, le monsieur qui connait tout et comprend tout mieux que tous les français, mieux que les algériens, le tristement célèbre Eric Zemmour a déclaré avec des termes abjects que « Maurice Audin aurait mérité 12 balles dans la peau ».

Eric Zemmour sur Maurice Audin  :

« Il aurait mérité 12 balles dans la peau »

Par : Fayçal Charif

Le controversé et le versé dans la haine, le monsieur qui connait tout et comprend tout mieux que tous les Français, mieux que les Algériens, le tristement célèbre Eric Zemmour a déclaré avec des termes abjects que « Maurice Audin aurait mérité 12 balles dans la peau ».

Cette déclaration, qui a démontré la vraie face de cet « auteur » à la plume assassine, est sortie de sa bouche comme un poison envers tous les français, suite à la reconnaissance du Président français, Emmanuel Macron, au nom de la République Française, début septembre, de la responsabilité de la France dans la mort du militant communiste Maurice Audin pendant la guerre d’Algérie.

Invité du journal L’Opinion mardi 18 septembre, Zemmour attaque avec rage : « J’étais scandalisé par le comportement d’Emmanuel Macron ». Eric Zemmour a une nouvelle fois tenu des propos controversés et graves. Venu pourtant faire la promotion de son dernier ouvrage, le polémiste a estimé que le militant communiste Maurice Audin « mort dans des conditions tragiques », « méritait 12 balles dans la peau ».

Il a ajouté, oubliant presque  de parler de son livre : « C’était un traître, (Maurice Audin). C’était un type qui était contre la France, qui aidait le FLN à tuer des Français ». Il justifie la disparition tragique d’Audin : « C’était la guerre contre la France, ce type a pris les armes contre la France, c’était tout à fait normal qu’il fut exécuté », rappelant au passage que « la torture a quand même permis d’arrêter les attentats ».

Pour rappel, le Président Emmanuel Macron a reconnu, le 13 septembre dernier, la responsabilité de l’Etat dans la disparition » du mathématicien communiste militant de l’indépendance de l’Algérie, Maurice Audin. L’homme avait été torturé par l’armée Française et avait disparu sans laisser de traces en 1957. Le Président avait remis à sa veuve, Josette Audin, une déclaration reconnaissant le rôle de l’Etat.

Dans une tribune publiée sur Le Monde, l’historien spécialiste de l’Algérie Benjamin Stora ne pouvait ne pas intervenir. Il a salué une décision « historique » du Président. Et d’ajouter, « …bien sûr, cette déclaration fera pousser des cris, dans la droite extrême, de ceux qui diront qu’il s’agit là de repentance, et qu’il ne faut surtout pas évoquer la face d’ombre du passé français (…) Mais pour l’immense masse de ceux qui ont vécu le temps de la colonisation, elle laissera une trace ineffaçable ».

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :