Enseignement : Tout peut être réglé

Enseignement

Tout peut être réglé

Par : Abdelkader DJEBBAR

Grande rencontre hier dimanche dans le monde de l’enseignement. La Ministre de l’Éducation, Nouria Benghebrit, devait recevoir les membres du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (CNAPESTE) pour relancer le dialogue et la négociation autour des revendications des enseignants, a annoncé jeudi le conseiller du Ministère de l’Éducation, Mohamed Chaib Draâ sur les ondes de la radio Chaîne 3.

Il l’a crié haut et fort pour mettre en relief la volonté du Ministère de régler une bonne fois pour toute la crise qui a secoué le secteur depuis de longs mois.

Concernant les points discutés lors de cette rencontre, il a précisé que la Ministre “a répondu à toutes les revendications de ce syndicat”, ajoutant que “90% de ces revendications ont été déjà pris en charge, notamment celles des wilayas de Blida et Bejaia où le mouvement de grève avait commencé”.

Il a rappelé, dans ce sens, la décision du Ministère d’envoyer dans ces deux wilayas des commissions composées de représentants de la tutelle et du CNAPESTE pour tenter de résoudre les problèmes posés au niveau de ces deux wilayas.

Pour rappel, le CNAPESTE avait décidé, au terme de sa session extraordinaire tenue mardi dernier, de mettre fin à la grève illimité entamée par les enseignants depuis le 30 janvier dernier.

Le nombre d’enseignants ayant pris part à la grève depuis janvier dernier n’a pas dépassé les 27 000 sur les 465 000 existants à l’échelle nationale, soit un taux de 5%, a affirmé dimanche à Alger la Ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit.

“Nous avons 27.000 établissements, 9 millions d’élèves et plus de 700 000 fonctionnaires et je peux vous dire que depuis le début de la grève, seulement 27 000 enseignants ont fait grève sur les 465 000 existants à l’échelle nationale, soit un taux de suivi de 5%”, a déclaré à l’APS Mme Benghabrit en marge des ateliers de formation au profit des inspecteurs de l’éducation nationale.

Elle a relevé, en outre, que sa rencontre, hier après-midi, avec les représentants du CNAPESTE a été l’occasion de rappeler que l’école “a besoin d’être soutenue, accompagnée et protégée”.

Le message que je transmettrai aux représentants du CNAPESTE est qu’il existe aussi une prise de conscience au niveau de la société qui appelle à protéger l’école”, a-t-elle insisté, saluant par la même l’occasion la décision de ce syndicat d’arrêter la grève.

Interrogée, à ce propos, sur la prise en compte de la non finalisation des cours dans la préparation des examens de fin d’année, Mme Benghabrit a précisé que cela “se fera sur ce qui a été réellement mis en œuvre”, tout en insistant sur la nécessité de “rattraper les cours qui n’ont pas été assurés à ce jour”.

“Il ne faut pas parler d’année blanche et faire un descriptif complètement obscur de la situation, car nous sommes en train de finaliser, avec les inspecteurs, le protocole de rattrapage des cours”, a-t-elle ajouté.

 Du côté du parti FLN, là aussi toute la question des interférences dans le conflit est posée. Le sénateur Benzaïm a été convoqué par la commission de discipline.

Sa convocation a été décidée par le SG du parti M. Djamel Ould Abbès qui a auparavant sommé le sénateur de mettre fin à la campagne de dénigrement menée contre la Ministre de l’Éducation nationale Nouria Benghebrit.

Profitant du climat tendu qui prévalait avant que le Ministère de l’Éducation Nationale et le Cnapeste ne parviennent à un accord, Abdelwahab Benzaïm avait lancé une campagne contre Nouria Benghebrit réclamant sa tête. Selon lui, la Ministre a « échoué » dans la gestion de la grève des enseignants. L’accord trouvé entre Benghebrit et le Cnapeste a fini par le mettre dans une situation délicate.

A.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *