AlgérieEconomieNews

Énergies renouvelables : L’Algérie, premier pays Africain

Énergies renouvelables : L’Algérie, premier pays Africain

Par : Abdelkader DJEBBAR

L’Algérie figure parmi les premiers pays en Afrique possédant le plus de capacités installées en énergies renouvelables et de production énergie renouvelable, a indiqué lundi, un communiqué du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), rapporte l’APS. Et l’Algérie se permet même d’avoir de l’énergie solaire transportée à dos de chameau. Cela sert au mons à puiser de l’eau dans le grand sud, incluant le désert du Tanezrouft.

En référence à un rapport du réseau d’experts REN21 (Renewable Energy Policy Network for the 21st Century), publié lundi, la capacité totale de production d’énergie renouvelable à l’échelle mondiale, y compris hydroélectrique, est passée de 2.017 GW en 2016 à 2.195 GW en 2017.

Le rapport indique, selon l’APS, que l’Afrique du Sud (1.8 GW) et l’Algérie (environ 0,4 GW) sont les deux pays possédant le plus de capacités installées à la fin 2017.

Le rapport a précisé qu’une capacité record d’énergie renouvelable a été installée en 2017 dans le monde propulsée par la baisse des coûts du photovoltaïque et de l’éolien, désormais de plus en plus compétitifs que les combustibles fossiles.

Les énergies renouvelables ont encore battu un nouveau record en 2017 avec 178 GW de nouvelles capacités de production installées dans le monde, soit une progression de 9 % sur un an.

En 2017, les énergies renouvelables ont représenté 70% des ajouts nets à la capacité de production mondiale, dépassant ainsi les nouvelles capacités utilisant les ressources fossiles et nucléaires jumelées, indique le rapport.

En matière d’investissement, les énergies renouvelables et les carburants propres ont atteint près de 279 milliards de dollars, contre 274 milliards de dollars investis en 2016.

Ceci représente plus que le double des investissements consentis pour le fossile et le nucléaire réunis et plus que le triple si l’hydroélectricité est incluse.

En mai dernier, depuis Annaba, la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, a affirmé que l’Algérie adopte en matière de biodiversité « une stratégie et un plan de travail » à même de préserver ses ressources naturelles et de les exploiter rationnellement au service d’un développement économique et social durable.

Présidant la cérémonie de célébration de la Journée internationale de la diversité biologique, la ministre a considéré que le pays veut par cette orientation « élever au plus haut niveau sa responsabilité pour réaliser les objectifs de la convention sur la biodiversité », notamment ceux concernant la préservation des ressources naturelles et la valorisation de la biodiversité pour une économie verte.

A.D

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :