L'édito

Edito de Fayçal CHARIF

 

Lettre ouverte au poète

Par : Fayçal Charif

Cher Nizar Kabbani

Hier seulement on pensait à vous, hier seulement la brise de vos poèmes est revenue effleurer nos mémoires, hier seulement votre ombre imposante est passée voir le désastre dans les pays de tes poèmes. Votre âme sensible et poétique était de retour, hier seulement elle est revenue pour raser les murs de nos consciences. Hier seulement, d’autres victimes, d’autres morts, d’autres drames dans la folie de la guerre dans votre pays, la Syrie. Notre belle Syrie.
La Syrie, nation volée, peuple souillé, terre violée. Pays des civilisations et des cultures, aujourd’hui meurtri, détruit, anéanti. Ah, si vous étiez là, peut-être que quelqu’un de vos poèmes auraient pu avoir raison de la folie meurtrière qui a élue refuge à Damas, là où vous êtes né en 1923. Nous le savons bien, vous étiez fatigué de ce monde et vous l’avez toujours dit dans vos poèmes, mais croyez-moi, l’heure est grave, le monde arabe brûle, le monde musulman erre dans tous les sens et le monde des hommes est en folie.
Nous le savons bien, vous avez plus de cent ans aujourd’hui, 104 ans exactement, mais il faut vraiment revenir parce qu’il n’y a pas que Damas qui est défigurée, il y a Alep, Drâa, Idlib, là où vous avez tant chanté l’amour dans toutes ses dimensions des années durant.
Revenez… parce que le désastre que vous décriviez jadis est devenu aujourd’hui un chaos. Revenez avec d’autres poèmes, comme ceux qui nous donnaient cette sensation d’avoir raison comme peuples opprimés, de savoir qu’on n’est pas seuls dans l’arène et d’être fiers d’être NOUS et de ne pas être EUX !
Les « Fous » nous gouvernent et gèrent nos vies et nos malheurs. Hier, à votre époque, ils étaient simplement des « Dictateurs », mais aujourd’hui, ils sont devenus « Fous » à lier ! Ils ont pris les peuples en otage et les pays au piège. Votre Syrie, est l’ombre d’elle même, un fantôme qui vagabonde dans les rues détruites et dans les ruelles dévastées par la guerre. Le sang est partout, les pleurs des femmes, des enfants et même des hommes nous déchirent le coeur et les larmes ne sèchent plus depuis plus de cinq ans.
Le tyran, est toujours là – toi qui a connu l’ère de son père – le père qui a appris la tyrannie à son fils. Le nouveau seigneur du Chaam a assassiné la Syrie et a permis à la Russie de s’ingérer et aux USA de bombarder, à l’occident d’observer, à l’Iran de savourer, aux arabes déguster… Je vous informe que votre peuple est déporté, qu’il y a eu à ce jour plus de 350 000 morts et le chiffres des blessés est effarant.
Je vous le dit, l’occident est spectateur du désastre, les gouvernants arabes se réjouissent de la chute de la Syrie, et des autres pays arabes comme l’Egypte, la Libye, le Soudan et le Yemen. Les musulmans sont dans la grande désillusion, la dérision et la division et leur ignorance de la religion les a fait détester par les peuples du monde.
Revenez Monsieur Nizar Kabbani, pour un dernier poème !

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :