AnalyseNews

Du pas de «plan B» à une fameuse proposition de renégociation

Du pas de «plan B» à une fameuse proposition de renégociation

Par : Kharroubi Habib

Même les plus zélés et inconditionnels thuriféraires d’entre les médias français du président Macron admettent que sa visite aux Etats-Unis s’est soldée par un humiliant échec pour lui, et cela au constat qu’il n’est parvenu à faire partager à son homologue américain aucune des positions françaises sur les dossiers qui ont été au menu de leurs entretiens. Certains reconnaissent même désormais que le président français a péché par naïveté ou excès de confiance en présumant que le lien «d’amitié et de respect» qu’il pensait avoir noué avec l’imprévisible Donald Trump allait lui permettre de l’influencer jusqu’à l’amener à entrer dans ses vues sur les dossiers en question.

Macron a non seulement fait chou blanc mais a dû en plus tempérer la radicalité de ce qu’il était venu demander au président américain. L’on a eu la preuve sur l’accord du nucléaire iranien au sujet duquel ce n’est pas Trump qui est revenu sur sa position mais bel et bien le président français. Avant de rencontrer Donald Trump dont il savait l’intention de «déchirer» cet accord au prétexte qu’il serait le plus «désastreux» signé internationalement, Macron a martelé avec une conviction apparente qu’il n’y pas de «plan B» en cette affaire et que la France s’en tiendra à son respect. Un entretien plus tard sur la question avec Donald Trump et alors que celui-ci réaffirmait péremptoirement qu’il va dénoncer le dit accord, ce même Macron déclarait tout penaud que la France est favorable à sa renégociation dans le sens voulu par les Etats-Unis à savoir pour y inclure des garanties plus strictes concernant l’aspect nucléaire mais aussi l’armement balistique que l’Iran développe et la politique «d’expansion et d’ingérence» que ce pays mènerait dans la région. De non renégociable l’accord des cinq + 1 est devenu subitement pour Macron sujet à reconsidération.

En effectuant ce revirement, Macron est tombé du piédestal sur lequel l’ont monté avec flagornerie des médias français thuriféraires. Sa proposition de renégociation de l’accord sur le nucléaire iranien lui a valu qu’un encouragement ironique de la part de Trump que ce dernier a laissé tomber uniquement pour ne pas en rajouter à l’humiliation d’un hôte qui allait repartir bredouille en matière de succès diplomatique escompté pour sa visite à Washington. Elle lui vaut en plus de perdre l’estime qu’il pensait avoir capitalisé auprès des Iraniens pour avoir défendu avec un semblant de fermeté le principe que les Etats, fût-il le plus puissant d’entre eux, doivent respecter leur signature. Et plus encore d’être considéré comme un «lâcheur» par les autres Etats cosignataires de l’accord qui comme la France se sont opposés à sa dénonciation exigée par les Etats-Unis.

Aux yeux de Macron, sa visite aux Etats-Unis devait être la grande conformation qu’il est parvenu à se faire reconnaître le statut de grand de ce monde en capacité d’être entendu et suivi par les autres. Elle a irrécusablement tourné au «show» médiatique qui ne fut pas à son avantage puisque n’étant pas parvenue à masquer les rebuffades diplomatiques que lui a infligées son hôte. Ce n’est pas en enchaînant les «shows» médiatiques de la sorte et surtout en se découvrant ostensiblement «girouette» que le président français parviendra à réaliser son ambition d’avoir un rôle agissant dans la gouvernance des affaires mondiales.

 

KH.H

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :