EuropeNews

Double scrutin législatif et présidentiel le 24 juin en Turquie, poursuite des préparatifs

 Double scrutin législatif et présidentiel le 24 juin en Turquie, poursuite des préparatifs

Les turcs éliront leur nouveau président le 24 juin prochain, à l’initiative du Président sortant, Recep Tayyip Erdogan, après avoir décidé des élections législatives anticipées ainsi qu’un scrutin Présidentiel avant terme pour lequel il est postulant.

  1. Erdogan, 64 ans, dirige la Turquie depuis 2003, d’abord en tant que Premier ministre puis en tant que Président depuis 2014. Il a annoncé en avril denier que les élections prévues initialement le 3 novembre 2019 seraient avancées au 24 juin en cours.

Ses opposants disent que « cette décision n’est motivé que par la crainte d’une crise économique que l’on voit poindre annonciatrice d’une chute vertigineuse de la livre turque, d’une inflation à deux chiffres et d’un important déficit des comptes courants ».

L’enjeu des ces élections est considérable car le vainqueur sera doté de pouvoirs renforcés par référendum en avril 2017, moins d’un an après avoir échappé à une tentative de coup d’Etat mené par des militaires factieux en juillet 2016. Si le président sortant semble être le favori de la présidentielle, il pourrait, selon de nombreux observateurs, ne pas obtenir les plus de 50% des voix nécessaires pour l’emporter dès le premier tour et son parti, l’AKP, pourrait perdre sa majorité au parlement.

La perte de la majorité sera une conséquence directe de la nouvelle union sacrée de l’opposition illustrée lors de la victoire serrée du « oui » au référendum sur la révision constitutionnelle élargissant les pouvoirs présidentiels, remporté à 51,4% des voix. Pour preuve, s’il en est l’engagement de tous les partis de l’opposition de soutenir le candidat qui arriverait à un éventuel second tour face à M. Erdogan le 8 juillet prochain.

En prévision de cette échéance, le Conseil électoral suprême turc (YSK) a validé la candidature de six prétendants à la présidence du pays. Si aucun d’entre eux n’atteint le seuil des 50 % lors du scrutin du 24 juin, prévu en même temps que les législatives, les deux candidats arrivés en tête seront départagés lors d’un second tour, deux semaines plus tard.

Outre Recep Tayyip Erdogan, qui veut renforcer son pouvoir, sont également candidats, l’opposant laïc, Muharrem Ince, la potentielle candidate qui veut faire tomber Erdogane, Meral Aksener, l’opposant et ancien prisonnier, Selahattin Demirtas, l’outsider qui compte sur les islamistes et les laïcs en même temps, Temel Karamollaglu, et l’allié d’Erdogan, Dogu Perincek.

Participation record à l’étranger, mesures de sécurité renforcé pour le vote du 24 juin

Pas d’un (1) million 486 mille 408 électeurs ont voté à l’étranger pour l’élection présidentielle et les législatives de la 27e législature, ont annoncé les autorités turques. Il s’agit d’un chiffre record, a-t-on indiqué, précisant que le taux de participation aux dans les représentations diplomatique du pays à l’étranger s’est élevé à 48.78%.

Les électeurs ont voté dans 123 représentations dans 60 pays. 1 million 357 mille 676 des électeurs ont voté dans les missions turques à l’étranger alors que 128 mille 732 citoyens ont voté aux poste-douanièrs, avant la clôture de ce scrutin à l »atranger aujourd’hui à 17h00 GMT.

En prévision des deux scrutins législatif et présidentiel, les préparatifs se poursuivent en mettant les gros moyens sur la plan sécuritaire.

D’ailleurs, dans le cadre de la sécurisation de l’événement la police turque a arrêté samedi 19 personnes, dont un candidat du principal parti pro-kurde HDP (Parti démocratique des peuples), après des heurts meurtriers au cours de la campagne électorale dans une ville kurde, selon l’agence de presse étatique Anadalu.

Quatre personnes avaient été tuées jeudi dernier  lors de violences dans la ville de Suruç (sud) durant la visite d’un député du parti au pouvoir AKP (Parti de la justice et du développement), en campagne pour les élections législatives et présidentielle anticipées du 24 juin.

Des médias pro-gouvernementaux ont affirmé que le député de l’AKP en visite, Ibrahim Halil Yildiz, et ses partisans avaient été attaqués par des opposants. Des médias prokurdes ont imputé l’attaque aux gardes du corps du député, affirmant qu’ils avaient ouvert le feu dans un marché de la ville après que l’élu y eut reçu un accueil hostile des commerçants.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de son côté incriminé le HDP ainsi que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée « terroriste » par la Turquie et ses alliés occidentaux. Le député était sorti indemne de ces violences. L’identité des victimes n’a pas été clairement précisée dans l’immédiat.

Aps

 

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :