EconomieNews

Des ambassades économiques, aussi

Des ambassades économiques, aussi

Synthèse par : Abdelkader DJEBBAR

Enfin ! L’Algérie fait intervenir nos représentations diplomatiques et consulaires pour accompagner les entreprises à l’étranger. Il était temps, Et il vaut mieux tard que jamais en attendant également le côté culturel bien qu’il existe un embryon déjà.

Une nouvelle structure dédiée à la diplomatie économique vient en effet d’être mise en place au sein du ministère des Affaires étrangères. L’objectif visé est de « coordonner les actions à l’internationale et accompagner les entreprises algériennes dans leurs démarches visant à pénétrer les marchés étrangers », a indiqué vendredi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

“Dans le nouvel organigramme du ministère des Affaires étrangères, repensé et réfléchi pour donner plus de cohérence à l’action diplomatique algérienne, et dans lequel, la diplomatie économique prend une large place, nous avons mis une structure spéciale en charge de la diplomatie  économique, à sa tête, un ambassadeur-conseillé, chargé exclusivement de la prospection et l’accompagnement des entreprises à l’étranger”, a précisé M. Messahel, rapporte l’APS.

Il s’exprimait lors d’un panel dédié à la diplomatie économique, développement des exportations, accords de libre-échanges, ainsi que les relations commerciales avec les pays africains, à l’occasion de la 3ème édition de l’université du Forum des chefs d’entreprises (FCE), tenue du 18 au 20 octobre à Alger.

Cette direction générale permettra “non seulement de se projeter sur de nouvelles actions à mener à l’étranger en faveur de l’économie nationale dans l’avenir, mais également la formation de nos diplomates dans le volet économique”.

La diplomatie économique constitue le moyen “le plus sûr, et le plus fiable” pour la concrétisation des objectifs de la stratégie algérienne visant à développer le pays et contribuer à la diversification de son économie, a estimé notre ministre des A.E.

D’ailleurs, a-t-il soutenu, le MAE a placé les préoccupations d’intérêt économique national “au cœur de son action diplomatique, en accordant à travers ses missions diplomatiques, ambassades et consulats à l’étranger, et ses structures en charge de la coopération économique internationale, “le plus grand soin aux relations économiques, qu’elles soient bilatérales ou multilatérales”.

Messahel a également mis en exergue la mission de la diplomatie économique algérienne dont le rôle est de créer le cadre juridique adéquat, conseiller l’opérateur algérien et l’accompagner à l’étranger, ainsi que l’actualisation des accords signés avec plusieurs pays “qui sont obsolètes”.

“Il existe des accords signés avec plusieurs pays datant des années 80 qu’on doit revoir. L’Algérie a changé, nos partenaires ont changé, donc, nous devons réajuster ces accords pour garantir et protéger nos intérêts par des mécanismes que nous mettons en place avec ces pays. Le reste, c’est aux hommes d’affaires de trouver les créneaux, le pays, et les capacités pour concrétiser leurs projets”, a souligné M. Messahel.

(A.D. Avec APS)

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :