Etats-UnisMaghrebNews

Crise en Libye : la paix compromise, les Libyens hantés par la guerre

Tripoli - Le processus de paix pour le règlement de la crise en Libye a été compromis en 2019, pour donner suite à l’offensive armée menée depuis le mois d'avril par les troupes de Khalifa Haftar avec velléité de contrôler la capitale Tripoli.

Crise en Libye : la paix compromise, les Libyens hantés par la guerre

Tripoli – Le processus de paix pour le règlement de la crise en Libye a été compromis en 2019, pour donner suite à l’offensive armée menée depuis le mois d’avril par les troupes de Khalifa Haftar avec velléité de contrôler la capitale Tripoli.

Une attaque qui avait avorté la tenue d’un dialogue national inclusif en vue d’un consensus pour la relance du processus de règlement politique d’une crise multidimensionnelle frappant le pays depuis 2011.

L’agression inattendue des troupes de Haftar pour la prise de Tripoli où siège le Gouvernement d’union nationale (GNA) sous la direction du Faiz Al-Sarraj a surpris non seulement les Libyens mais également la communauté internationale, à sa tête la Mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul), qui n’épargne pas d’efforts pour la résolution de la crise ayant replongé le pays dans une guerre de trop.

Ce dangereux tournant dans la situation est intervenu à la veille de la Conférence nationale avortée qui devait se tenir entre les 14 et 16 avril à Ghadames (sud-ouest Libyen) sous l’égide de l’Onu à travers la Manul avec la participation des toutes les parties Libyennes en quête de véritables jalons pour une réconciliation définitive.

Selon les observateurs, les assises de Ghadames avaient toutes les chances de réussir surtout qu’elles allaient intervenir quelques jours seulement après la réunion de la Commission quadripartie, Union Africaine (UA), Onu, la Ligue Arabe et l’Union Européenne (UE).

La réunion avait insisté sur la mise en œuvre d’une réconciliation nationale fédérant l’ensemble des parties Libyennes pour une solution pacifique soutenue par la communauté internationale.

L’agression par les troupes de Haftar contre Tripoli, toujours sous la menace de guerre, n’a pas laissé la communauté internationale et les partenaires du processus de paix indifférents.

Deux jours après l’offensive sanglante, le Secrétaire Général de l’Onu, Antonio Guterres, s’était déplacé à Tripoli pour faire valoir la voie politique pour « résoudre les différends », affirmant qu’il n’y avait pas « une solution militaire mais uniquement une voie politique… » à même d’éviter un nouvel embrasement.

Même principe adopté par les pays voisins de la Libye dont l’Algérie qui s’est toujours attelée à favoriser un dialogue inclusif entre toutes les parties Libyennes, sous l’égide de l’Onu et loin de toute ingérence étrangère, avec le principal souci de préserver les intérêts suprêmes du peuple Libyen.

L’arrogance de Haftar abaissée face à l’orgueil du GNA    

Sur le terrain, l’offensive des troupes de Haftar ne s’est pas déroulée telle qu’elle a été présentée au départ « une promenade de quelques jours ».

L’arrogance de Haftar et ses troupes s’est, en effet, heurtée à une résistance farouche des forces du Gouvernement d’Union National (GNA) le contraignant à s’arrêter, à quelque 100 kilomètres de Tripoli.

Pour faire écho et enflammé la propagande militaire, il s’en est pris à de nombreux camps d’hébergement pour migrants et des centres hospitaliers, provoquant la mort des dizaines d’innocents dont des médecins.

Le souhait d’envahir Tripoli habite encore Haftar, en cette fin de l’année 2019 sans toutefois y parvenir, et ses velléités de prendre possession de la capitale du pays deviennent de plus en plus périlleuses.

« Nous sommes prêts à repousser toute nouvelle tentative folle du putschiste Haftar », a déclaré le Ministre de l’Intérieur du GNA, Fathi Bashagha, à la télévision Libya Al-Ahrar, qualifiant l’annonce faite par Haftar de « nouvelle tentative désespérée ».

1000 morts, des milliers de blessés et 140 milles déplacés

Comme il fallait s’y attendre, l’offensive de Haftar contre Tripoli, condamnée par la communauté internationale, n’a fait qu’empirer la situation humanitaire et économique du pays.

En effet, plus de 1000 personnes sont mortes et plus de 140 milles personnes ont été déplacées, selon des bilans de l’Onu, alors que de nombreuses infrastructures de base ont été réduites en cendres par le fait de la guerre, ce qui a incité le GNA à conclure, en vue d’aide militaire, des mémorandums d’entente avec la Turquie.

En outre, la dégradation du secteur économique a été aggravée par la suspension de la production pétrolière pendant des mois sur plusieurs champs de pétrole. C’est le cas aussi du trafic aérien suspendu dans tous les aéroports du pays y compris dans celui de Tripoli qui fait, de temps en temps, l’objet de raids aériens menés par l’aviation des troupes de Khalifa Haftar.

L’agression contre Tripoli n’a pas épargné également les entrepôts de denrées alimentaires privant les Libyens des vivres et produits nécessaires pour le quotidien des populations.

Aps

 

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :