NewsRevue de presseSanté

Crème solaire et chlore de piscine, cocktail risqué ?

Crème solaire et chlore de piscine, cocktail risqué ?

Par : MARIE MERDRIGNAC

Mieux vaudrait éviter de nager dans de l’eau chlorée au soleil lorsqu’on s’est tartiné de crème solaire, affirment des scientifiques russes. Les résultats de leur étude pointent du doigt l’avobenzone, utilisé dans certains cosmétiques et notamment des lotions solaires. Il deviendrait toxique au contact du chlore et des rayons du soleil.

Piscine, soleil et certaines crèmes solaires ne feraient pas bon ménage. Ce sont les résultats d’une étude menée par des chercheurs russes, sur un des composés que l’on retrouve plutôt souvent dans les crèmes solaires.

Ces scientifiques de la faculté de Chimie de l’Université Lomonossov de Moscou ont démontré la toxicité d’un des composants utilisés dans certains produits solaires, lorsqu’il interagit avec de l’eau chlorée (comme en piscine) et des rayons ultraviolets (le soleil donc). Ils ont présenté leurs résultats dans la revue scientifique Chemosphere, en mai.

Il s’agit de l’avobenzone. Ce composé chimique bloque efficacement les rayons UVA et est souvent utilisé dans les cosmétiques, rouge à lèvres, crèmes, etc. Il a été breveté en 1973 et approuvé par les autorités sanitaires aux États-Unis en 1988.

Comment fonctionne-t-il ?

L’avobenzone absorbe la lumière ultraviolette et le traduit en d’autres longueurs d’ondes qui ne sont pas nocives pour la peau. Autrement dit, l’avobenzone traduit l’énergie de la lumière en énergie thermale. Et bien que le composé soit sans danger dans des conditions normales, les scientifiques russes ont montré que dans de l’eau chlorée, l’avobenzone peut se décomposer en composés chimiques dangereux.

Ils ont réalisé différentes expériences pour simuler la situation de baignade en piscine au soleil. Les scientifiques ont ensuite utilisé la chromatographie couplée à la spectrométrie de masse, deux techniques d’analyse qui permettent d’identifier et de quantifier précisément le nombre de substances présentes, même en très petites quantités de composés dans un échantillon. Dans ce cas précis, l’avobenzone se décompose en aldéhydes, en phénols et en acétylbenzène (ou acétophénone) chloré. Et cette réaction chimique peut se produire directement sur la peau mouillée du baigneur. Les deux derniers éléments sont considérés comme extrêmement toxiques, soulignent les chercheurs. Ils entrent dans la composition des « gaz lacrymogènes utilisés par les forces de l’ordre », indique la base de données et d’articles scientifiques Phys.org.

Protéger la santé de millions de gens

« En se basant sur ces résultats, on peut déjà affirmer qu’un composé inoffensif peut se transformer en d’autres produits toxiques, affirme l’auteur principal de l’étude, Dr Albert Lebedev. Étudier les produits de la transformation de cosmétiques populaires est très important puisqu’ils se révèlent beaucoup plus dangereux que le produit initial. En principe, si l’on se fie à ces résultats, on pourrait obtenir la restriction ou même l’interdiction de certains éléments et protéger la santé de millions de gens », souligne le chimiste.

Pour autant, Dr Emma Wedgeworth dermatologue pour la British Skin Foundation interrogée par MailOnline, tempère : « C’est toujours difficile de savoir à quel point ces tests en laboratoire sont fiables et applicables à la vie réelle car souvent, les concentrations étudiées sont différentes de celles de la vraie vie. Nous savons que l’exposition au soleil est liée aux cancers de la peau et que la crème solaire peut réduire ces risques. Donc je déconseille de réagir trop vivement à cette étude et de ne plus du tout appliquer de crème solaire. »

Les chercheurs s’intéressent maintenant à l’interaction de l’avobenzone avec l’eau de mer, salée et plus froide et aussi avec les eaux de certaines piscines, colorées artificiellement.

Source : l’édition du soir

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :