EconomieNews

Consommation : Jeu de yoyo

Consommation : Jeu de yoyo

Synthèse par : Abdelkader DJEBBAR

La consommation citoyenne est en dents de scie, rapporte l’APS, citant le Ministre de l’Energie qui déclare que la consommation locale de produits pétroliers avait reculé de 2,9%, à cause de « l’augmentation du prix des produits dérivés du pétrole et à la baisse des importations de véhicules ».

La consommation locale de produits pétroliers a reculé de 2,9%, pour atteindre 13 millions de tonnes, suite à l’application de la nouvelle tarification des produits pétroliers depuis le début de 2016 et à la baisse des importations de véhicules, a précisé le ministre.

La consommation nationale d’énergie a connu une certaine stabilité par rapport aux années précédentes, atteignant 44 millions de tonnes équivalent pétrole (Tep) à fin septembre 2017, contre 43 millions de Tep à la même période de 2016 (+0,7%).

Concernant le gaz naturel, la demande nationale a enregistré une légère hausse au cours des 9 premiers mois de 2017, la consommation des différents clients ayant atteint 31 milliards de mètres cubes, soit une augmentation de 3% par rapport à la même période de 2016, a précisé le ministre. Quant à l’énergie électrique, le secteur a enregistré une hausse de la demande, a fait savoir M. Guitouni, précisant que la consommation a atteint 44 térawatts-heure à fin septembre 2017 (+8%), du fait de l’augmentation de la demande des ménages. La production d’électricité a, quant à elle, atteint 54 térawatts-heure à fin septembre 2017 (+7%) par rapport à la même période de 2016.

M. Mustapha Guitouni a indiqué, par contre, que la consommation locale en pétrole est passée de près de 210.000 barils en 2010, à 420.000 barils en 2017. Il a fait savoir que l’augmentation de la consommation locale en pétrole était due à la demande croissante en énergie, notamment en essence, vu la hausse considérable du nombre de voitures commercialisées au niveau local durant la même période.

Dans ce contexte, M. Guitouni a mis en avant la nécessité de rationaliser la consommation des matières énergétiques produites localement et de les exporter, relevant que l’Algérie produisait près de 11,5 millions de tonnes de carburants par an (essence, gasoil et kérosène), tandis que le volume de consommation a atteint 15 millions de tonnes, la différence de l’ordre de 3,5 millions de tonnes étant importée avec une facture dépassant 1 milliards USD par an.

 (A.D. avec APS)

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close