Congrès ophtalmo Alger La prunelle des yeux

Congrès ophtalmo Alger

La prunelle des yeux

Par : Abdelkader DJEBBAR

Il n’y a rien de plus cher que la prunelle des yeux et c’est la raison pour laquelle certains ne jurent que par elle. C’est dire toute l’importance non seulement de la vision des choses mais aussi et surtout de la vue sur la vie.

Les ophtalmologues Algériens sont en congrès, le 32e du genre organisé par le ministère de la Santé et la Société algérienne d’ophtalmologie pour « la mise en œuvre d’un programme de recherche en occulo-génétique qui viendrait soutenir la création d’un véritable centre spécialisé dans l’oncologie ophtalmique ». C’est ce qu’a soutenu avec force le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière.

Le ministre de la Santé a relevé que ce congrès offre une opportunité remarquable de conjuguer le savoir-faire à la solidarité pour œuvrer à ce que les progrès de la science dans le domaine de l’ophtalmologie soient vulgarisés.

Il a ajouté que ce genre d’initiatives procède d’ «une dynamique de partenariat, de solidarité et de partage des connaissances qui s’inscrit pleinement dans   l’espace éthique et moral qui doit caractériser le domaine de la médecine   et dans l’idéal d’un monde humain et solidaire à la réussite duquel la famille de la santé est la première interpellée».

Saisissant  la présence d’éminentes personnalités du monde de l’ophtalmologie nationale et internationale à ce congrès,  le premier responsable du secteur de la santé a indiqué qu’il y a lieu de prendre des mesures afin de résoudre la problématique des nécessaires réseaux de partenariat que les spécialistes  devront tisser entre eux pour œuvrer à ce que s’améliore la prise en charge des patients.

« Cette rencontre m’offre l’opportunité d’aborder la problématique des nécessaires réseaux de partenariat afin de venir en aide à ceux dont nous pouvons sauver la vue, à ceux à qui nous pouvons permettre de voir la lumière du jour », a-t-il souligné.

M. Hasbellaoui a indiqué que l’Algerie dispose de plus de 1.800 spécialistes en ophtalmologie exerçant dans les secteurs public et privé, contre à peine 12 spécialistes en ophtalmologie en 1962.

De son côté, le président de la Société algérienne d’ophtalmologie (SAO), le Pr Amar Ailem, a appelé à la modernisation et à l’équipement des plateaux techniques des centres hospitalo-universitaires spécialisés pour couvrir les besoins des citoyens en la matière. « J’appelle les pouvoirs publics à s’occuper de ce volet afin de fournir une meilleure prise en charge», a-t-il dit.

D’après M. Ailem, le nombre de 1.800 spécialistes en ophtalmologie pour plus de  40 millions d’habitants, est un nombre qui reste insuffisant. Selon lui, il faut  enrichir le domaine par 1.000 spécialistes supplémentaires pour atteindre les normes internationales. Il a souligné que cet objectif ne se réalisera pas avant 20 ans, car l’université forme 80 spécialistes par année.

A.D

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *